» j’ai été taxé d’escroc  » :le regret d’Augustin Kibasa, ministre des PT-NTIC à l’Assemblée nationale

 » j’ai été taxé d’escroc  » :le regret d’Augustin Kibasa, ministre des PT-NTIC à l’Assemblée nationale
Partagez

C’est une vaste escroquerie ! Cette phrase était sans cesse ressassé par des députés à la chambre basse à la plénière sur la question orale avec débat sur le Registre d’appareils mobiles (RAM), taxe prélevée sur la recharge des crédits de communication, à laquelle était invitée le ministre des Postes télécommunications, nouvelles technologies de l’information et de la communication (PTNTIC) Augustin Kibasa. Une expression qui a visiblement touché le ministre.

Quand il revient pour répondre aux préoccupations des députés, c’est pour exiger un report de 48 heures pour y répondre. Kibasa lâche : »j’ai été taxé d’escroc ». Il n’ a pas fini de parler qu’il est conspué.
Leurs préoccupations étaient légion :Quelle est la nature de cette taxe ? Combien elle a généré comme recettes, Comment cet argent est utilisé… Pour le ministre des PT-NTIC, cette taxe a généré plus de 25 millions de dollars, 500 téléphones volés ont été retrouvés, des universités qui bénéficient du Wi-fi gratuit … Les députés ont parfois utilisé des mots forts pour demander au ministre de retirer sa taxe. Léon Ndembalemba a même proposé que la question orale avec débat se mue en motion de défiance. Certains de ses collègues à l’instar de Didace Pembe ont clairement exigé sa démission. Une enquête a aussi été proposée. »Celui qui va attaquer le ministre, je veux lui arracher la parole’ ‘, a menacé Mboso, le président de l’Assemblee nationale.
Des habitants ont aussi assisté à cette plénière. Ils ont sifflé le ministre.
La taxe RAM perçoit 7$ annuellement aux abonnés des sociétés de téléphonie mobile en six mensualités. La RDC compte plus de 38 millions d’abonnés.
C’est par la motion du député Baudoin Mayo que le débat s’est arrêté.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.