Des vestiges utilisés pour martyriser le prophète Simon Kimbangu présentés à Mbanza-Ngungu

Des vestiges utilisés pour martyriser le prophète Simon Kimbangu présentés à Mbanza-Ngungu
Partagez

Des Kimbanguistes ont pris d’assaut le stade  »Papa Kitemoko’ en vue de voir les vestiges utilisés par la force coloniale belge pour martyriser Simon kimbangu. Ils célèbrent le centenaire de la condamnation de ce prophète et les dix ans de la révision de son procès.

Dans un 4×4 qui fait le tour du stade se trouvent emballés les objets usités par la force coloniale pour torturer le prophète Simon Kimbangu. Il y a plus de 20 000 fidèles kimbanguistes, des sympathisants et des autorités étatiques. Cent ans de condamnation du prophète Simon Kimbangu, dix ans de révision de son procès.

Retour sur des événements historiques et spirituels. Le révérend Katembo Meya, représentant légal 1er suppléant de l’église kimbanguiste, remémore à l’assistance les événements.  » Le 12 septembre 1921, le prophète Simon Kimbangu est arrêté à Nkamba. Il est menotté, enchaîné aux pieds comme au cou. Il est introduit dans un tonneau soudé, plongé dans l’eau, il en est sorti. Un révolver est utilisé pour le tuer, il n’a pas été touché par une balle. Ces vestiges vous allez les voir. Nous sommes des privilégiés car beaucoup brûlaient d’envie de les voir mais sont morts », explique l’envoyé spécial de son Eminence Simon Kimbangu, chef spirituel de l’église kimbanguiste.  » Le 6 avril lorsque le prophète Simon Kimbangu démarre son ministère, il est victime de jalousie car, les industriels perdaient des travailleurs intéressés par son message, des hôpitaux et les églises se vidaient. Ce qui a suscité de la jalousie. Le 12 août, le commissaire de district de Thysville (aujourd’hui Mbanza-Ngungu) instaure un régime militaire mitigé (Etat de siège, Ndlr). Le procès de ses acolytes démarre le 19 septembre, celui du prophète le 29 septembre. Il est condamné à mort  », relate Me Dédé Diangenda. Il enchaîne : » Grâce au ministère public qui croyait à son innocence, il obtient du Roi Leopol II, que cette condamnation soit muée en servitude pénale à perpétuité. Il sera envoyé à la prison d’Élisabeth ville, dans le Katanga. Il y est gardé 30 ans durant. Un matin, il se décide de quitter de lui-même la prison pour regagner Nkamba. C’est là qu’il meurt le 12 octobre 1951. »

Dix ans de réhabilitation de Simon Kimbangu

Ce 3 octobre, les Kimbanguistes fêtent aussi les dix ans de la révision du procès de Simon Kimbangu. Me Montana a expliqué le procès qui a innocenté Simon Kimbangu et la révision par la haute cour militaire. L’arrêt de sa réhabilitation a été remis au chef spirituel Simon Kimbangu en 2011, à Mbanza-Ngungu.
Cependant, les vestiges n’ont pas été dévoilés.

Lire aussi; Mbanza-Ngungu : cérémonie de remise de l’arrêt innocentant Simon Kimbangu : campagne

Ils les seront à Nkamba, siège social des Kimbanguistes et exposés dans le musée.  »Nos regards sont tournés vers l’avenir. Pensée pieuse envers cette illustre personne (le prophète Simon Kimbangu) qui a fait des choses importantes pour le Kongo central, pour la RDC et pour l’Afrique toute entière  », rend hommage Pierre Kabangu, le ministre des finances, représentant du gouverneur intérimaire du Kongo central. Historien, le député national Deo Nkusu estime que  »maintenant, il faut en appeler à la conscience de tous les noirs, particulièrement ceux de la RDC. Quand on a compris l’amour, le respect de la loi et le travail (la trilogie de l’église kimbanguiste, Ndlr), on doit être de bons gestionnaires. Tout kimbanguiste qui se respecte doit bien gérer la cité ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.