Le ministre Patrick Muyaya explique à la semaine congolaise du tourisme au Lualaba son refrain : »Le nouveau narratif de la RDC »

Le ministre Patrick Muyaya explique à la semaine congolaise du tourisme au Lualaba son refrain : »Le nouveau narratif de la RDC »
Partagez

Il y croit, il le vulgarise:  »Le nouveau narratif de la RDC ». Au Lualaba où se tient la fête du tourisme de la RDC, Patrick Muyaya, le ministre congolais de la communication et des médias éclaircit mardi 12 octobre son concept. Objectif :Parler positivement de la RDC.

Katebi Beach! Ce n’est pas au cours d’une conférence de presse sur la chaîne nationale qu’il parle de ce nouveau concept comme il en a pris l’habitude mais devant un auditoire composite venant des 26 provinces de la RDC mais aussi de l’étranger. Cette fois, il est anglé sur : »l’impact sur le développement du tourisme. » Il participe à la semaine congolaise du tourisme au Lualaba. Quand il a conçu son concept, il a d’abord pensé au Nord-Kivu, à l’est de la RDC.  »Très souvent lorsque l’on parle de la RDC, on parle du Kivu pour la guerre parce qu’on a perdu malheureusement l’initiative de la communication sur notre pays. Ce sont les ONG qui parlent à notre place. Elles parlent des situations qui leur permettent d’exister, ils doivent faire la liste macabre de combien de personnes meurent, des actes de violences  », dénonce-t-il. Le ministre de la communication et des médias ne comprend pas qu’on ne montre pas comment les Congolais qui y vivent distribuent le courant, les petits prodiges que produisent les jeunes Kivutiens pour survivre.  »Le nouveau narratif, c’est de donner de l’espace à ces gens-là. Commencer à dire dans le Lualaba, en dehors des mines, on a le tourisme, on a des chutes, des rivières… », soutient Muyaya.

Changer le narratif de la RDC

L’anecdote qu’il raconte est là même, l’illustration de ce qu’il veut changer. Il est à cette époque député national. Un de ses amis du Congo Brazzaville lui parle des plaintes des Congolais de la RDC parce que parfois chassés de ce pays voisin.  »Nous, à Brazzaville, nous regardons le plus souvent vos chaînes. Mais quand on observe ce qu’elles montrent, qui a envie de voir ça chez lui?  », lui avait -t-il demandé. En effet, plusieurs de ces médias montrent régulièrement des images négatives de leur pays :vols, meurtres, viols, bagarres, attaques à la machette, etc. Le ministre rappelle pourtant un phénomène qui mine les USA: les enlèvements et disparitions dont personne ne parle.  »Il faut que l’on s’approprie la manière de raconter la RDC », exhorte Patrick Muyaya.  »Nous avons des défis pour former l’armée, la police, pour réformer nos écoles…, oui, nous en avons. Mais il n’appartient pas aux autres de venir surfer sur nos défis comme si nous étions des anges de destruction. Le nouveau narratif de la RDC, c’est celui-là, martèle-t-il. Nous verrons les prochains jours ce qu’il va donner comme résultat. J’espère que tous ceux qui sortiront d’ici s’engageront à faire de petites choses pour changer le narratif de notre pays. »  »C’est une idée que je soutiens. Le temps est venu pour vendre l’image de notre beau pays », parle décidé Georges, un habitant de Lubumbashi.

Lire aaussi : » Je suis le ministre de la publicité du Congo ” :Modero Nsimba à l’ouverture de la semaine congolaise du Tourisme au Lualaba

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.