Matadi: tués, braqués, les cambistes excédés organisent une marche

Matadi: tués, braqués, les cambistes excédés organisent une marche
Partagez

Munis des cartons avec des messages exprimant leur ras-le-bol pour l’insécurité dont ils sont victimes mais aussi les autres habitants, les cambistes de Matadi étaient dans la rue.

Plus de 100 cambistes sont partis de la place Coca jusqu’au gouvernorat de province pour faire entendre leur voix. Les messages de colère sont nombreux. Ils ne sont pas les seuls à subir cette insécurité. Dans une plus grande banderole qu’ils ont arborée devant le gouvernorat, attachée sur leurs comptoirs, ils résument les déboires des habitants parmi lesquels, les cambistes, vendeuses de bijoux, opérateurs de la monnaie électronique, les douaniers…  »Trop, c’est trop. Insécurité persistante au Kongo central avec (qui touche, Ndlr) toute la population précisément à Matadi », peut-on y lire.

Quinze morts déjà

Cinquante parmi eux se sont entretenus pendant deux heures avec Justin Luemba, le gouverneur ai.  »Il y a déjà eu 15 morts dont un père et ses parents en présence de ses enfants. Les assassinats se font entre 17h et 19h. Nous voulons que cela cesse, voilà pourquoi nous sommes venus voir le gouverneur », résume Platini Mboma, coordonnateur de l’Union des cambistes de Matadi (Ucamat).  »Nous avons reçu l’instruction de prendre en charge le deuil de notre ami qui est parti (le cambiste Toussaint Lifiely, Ndlr), de prendre d’autres méthodes, d’interpeller les autorités à tous les niveaux », apaise Pathy Nzuzi, le maire de Matadi.
La derniere attaque date du 6 octobre. Lifiely a été lâchement abattu chez lui à Nkala-Nkala.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.