5 ans après les pluies diluviennes de Boma, les sinistrés toujours abandonnés par l’Etat

5 ans après les pluies diluviennes de Boma, les sinistrés toujours abandonnés par l’Etat
Partagez

Une centaine de sinistrés prennent part à la marche qu’ils ont organisée, à Boma, pour dénoncer les promesses non tenues du gouvernement après la pluie diluvienne de 2016.

Au Kongo central, sur une bonne partie de cette province, la saison des pluies débute le 15 octobre. Et, c’est désormais la date propice pour les sinistrés de la pluie diluvienne de décembre 2016 de crier haro sur le gouvernement. Les manifestants, hommes, femmes, jeunes et vieux ont pris d’assaut le boulevard à plus de 4 km du centre-ville de Boma. Ils ont brulé des pneus en plus de brandir des banderoles et autres affiches avec des messages clairs. Les sinistrés eux, sont visiblement en colère. ’’Nous sommes dans la rue aujourd’hui pour que l’Etat nous trouve une solution », enrage un manifestant.’ ‘Nous sommes des victimes des inondations et nous avons peur’ ‘, ajoute un autre qui signale qu’ ils ont besoin que » le gouvernement puisse curer la rivière Kalamu et réclament qu’ il leur donne la nouvelle cité promise au Km 15’’.

Appel à l’implication de l’Etat

La marche occasionne des embouteillages.


Les agents de police tentent de règlementer la circulation.  » Ils sont désespérés et ça fait longtemps que ces sinistrés réclament ce qui est fondamental:un droit. Leur message est clair. Ils ont besoin de l’effectivité du curage de la rivière kalamu et les autres affluents comme Sindi et Kabondo. Aussi, ils demandent au gouverneur de signer un arrêté portant création d’un nouveau lotissement’’,résume Me Joseph Mavungu. ’’L’Etat a intérêt de préserver la vie de sa population. Ces gens sont victimes des inondations. En son temps, des enquêtes ont été menées et le gouverneur Jacques Mbadu avait trouvé un début de solution,notamment l’aménagement d’un site au Km 15 mais jusque-là, les choses n’évoluent pas. C’est vraiment triste. Quand il ya des catastrophes dans d’autres provinces, nous voyons comment le gouvernement et même l’asemblée nationale se mobilise pour une assistance humanitaire. Pourquoi pas au Kongo Central ? », s’interroge Jean Claude Dikuama.
En décembre 2016, une pluie diluvienne s’est abattue sur la ville de Boma provoquant le débordement des eaux de la rivière Kalamu, un des affluents du fleuve Congo. Les efforts de la société civile et diverses organisations en termes des plaidoyers et toutes tentatives visant à prévenir ce phénomène cyclique pour sauvegarder la vie de la communauté restent sans effet.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.