Pierre Nsumbu accuse Christophe Mboso de l’avoir empêché d’exprimer les desiderata des habitants du Kongo central lors du débat sur le budget 2022

Pierre Nsumbu accuse Christophe Mboso de l’avoir empêché d’exprimer les desiderata des habitants du Kongo central lors du débat sur le budget 2022
Partagez

Pierre Nsumbu, député national élu de Mbanza-Ngungu piaffait d’impatience pour s’exprimer sur le projet du budget 2022 de la RDC qui selon lui ne prend pas en compte les besoins des habitants du Kongo central. Malheureusement, il y avait plus 100 élus des Congolais qui voulaient s’exprimer. Il pointe du doigt, Christophe Mboso, le président de l’Assemblée nationale.

Un budget estimé à environ 10 milliards de dollars avec un taux d’accroissement de 41,8% par rapport à celui de 2021. Malheureusement, il ne prend pas en compte le social des Congolais selon plusieurs députés:3 % seulement pour l’agriculture… Pierre Nsumbu est resté sur sa soif. Il avait des choses à dire notamment sur sa province. Sur les 24 députés du Kongo central, deux seulement ont pris la parole. » Il a refusé que je parle », tempête-t-il.  » La conduite du débat à la dernière plénière m’ a rappellé le triste règne de Madame Mabunda. Celle- ci nous privait systématiquement de l’ un de nos droits, celui de parler. Elle se plaisait à accorder la parole à quelques privilégiés considérés comme plus députés que les autres.En dehors d’ autres avantages confisqués, la frustration engendrée par cette attitude doit , entre autres, avoir contribué à la chute libre de notre soeur et collègue Mabunda . Ce matin, tous les souvenirs me sont revenus vivaces.
Tout le monde, mêmes les fanatiques, doivent avoir remarqué l’ attribution sélective de la parole, regrette-t-il.

Pour une session budgétaire de 90 jours, deux journées de débat n’auraient causé du tort à personne pour faire passer la centaine de députés qui ont sollicité la parole. »

Des rroutes oubliées

Mais de quoi le député voulait-il parler ?  » Dans ce budget, on a pris en compte une des trois routes d’intérêt national Boma-TShela biensûr mais la route de Kisantu-Kimvula tout comme la route de Kimpangu n’ont pas été prise en compte . Dans ce budget, on parle des routes ou 145 territoires de ramification routière qui ne veut rien dire avec des chiffres comme quoi le gouvernement prévoit 20 milliards de franc congolais(10 millions de dollars) pour la ramification routière et il a repris la rubrique deux fois on ne sait pas quelles routes qui seront construites, dans quels secteurs, dans quels territoires, tout est vague. Nous avons voulu parler de notre peage et de notre pétrole de muanda »,explique Nsumbu.

Des questions lui taraudent.  » Qu’est – ce qu’ il a obligé de boucler cette étape dans des conditions infrahumaines et d’insécurité totale ? »  » Qu’ a- t- il craint de la redevabilité du projet quand on sait que même notre opposition republicaine y a êté plus que favorable, à entendre leurs interventions? »
Des questions qui restent sans réponses. Il met cependant un bémol en demandant au président Mboso  » de se ressaisir et d’éviter cette attitude, source des frustrations, à même d’ébranler ce bateau de l’ Union sacrée pour la nation à bord duquel nous nous sommes embarqués dans des conditions connues de tous. Les mêmes causes produisent les mêmes effets, », conclut-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.