» Tu nous laisses trop jeunes, moi, ton aînée, à peine 10 ans !  »: l’adieu de Sonia Palata à son père Patrick Palata, qui secoue en sanglots l’assistance

 » Tu nous laisses trop jeunes, moi, ton aînée, à peine 10 ans !  »: l’adieu de Sonia Palata à son père Patrick Palata, qui secoue en sanglots l’assistance
Partagez

Que d’éloges funèbres devant le cercueil du journaliste Patrick Palata exposé sur le parvis du reposoir de Ngaliema, à Kinshasa. L’un des plus émouvants, celui de sa fille aînée Sonia Palata.

C’est une jolie petite fille qui contourne le cercueil pour parler à son père. A 10 ans, à peine, elle et son frère voire ses quatre autres sœurs sont si jeunes, nullement préparés à expérimenter la torture de la mort. Hélas ! Sonia estime quand même que la loi de la nature s’accomplit, la parole du Seigneur se confirme, celle du retour à la terre. Mais elle ne comprend pas que cela arrive si tôt.  »Tu nous laisses trop jeunes, moi, ton aînée, à peine 10 ans ! », regrette Sonia Palata. Que de pleurs dans l’assistance. Patrick passe l’arme à gauche à 42 ans. Sonia enchaîne stoïque : »Ton dernier mot était pendant ton voyage à Kolwezi pour des raisons de travail », rappelle-t-elle triste. Sa fierté, c’est l’éducation que leur papa leur laisse.  »Tu pars tête haute, l’encense-t-elle. Nous te confions à l’Éternel, prie pour nous. »
Des enfants explorés qui ont besoin d’un encadrement.  »Je me battrai, je demanderai au gouverneur ai Justin Luemba qui est un chrétien de donner du travail à Gladys, sa femme », décide Deo Nkusu, député national, élu de Matadi qui fait un éloquent panégyrique de l’illustre disparu.

Le soldat de la presse

Patrick Palata est mort à Kinshasa le 15 octobre dernier. Il était directeur général de sa propre chaîne de télé :Tala Tala TV. Il a également dirigé la grande chaîne de télévision et de radio CCTV, à Matadi. Cela lui a permis de former beaucoup de journalistes. André Matombe est l’un d’eux. Il représente le président sectionnaire du Kongo central de l’Union nationale de la presse du Congo. Il salue  »un professionnel des médias toujours à la recherche du triomphe de la vérité ».
Patrick Palata est enterré au cimetière le Paradis, riverain à la route nationale, à l’entrée du Kongo central. Enfin, Élysée Wamarakiza, celui qui a organisé son mariage à Matadi et aussi ses obsèques, la famille Palata y compris, peuvent désormais faire le deuil de celui que CCTV a appelé  »le soldat de la presse ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.