Des députés nationaux mettent deux jours pour atteindre Kimpangu à cause du délabrement de la route

Des députés nationaux mettent deux jours pour atteindre Kimpangu à cause du délabrement de la route
Partagez

Pour franchir les 100 km de route entre Kwilu Ngongo et Kimpangu, en territoire de Mbanza-Ngungu, au Kongo central, les députés Jacques Lungwana, Pierre Mutu et Roger Matondo ont mis deux jours. Cette route est dans un état de dégradation avancée.

Deux jours à la belle étoile pour un trançon de moins de trois heures normalement ! A Mbanza Makanga se trouve un de nombreux bourbiers dangereux du tronçon routier Kwilu Ngongo-frontière angolo-congolaise de Kimpangu. Pourtant, ces élus du peuple s’étaient prémunis avec des 4×4. Ils ont dû se décarcasser pour atteindre leur lieu de halte avec leur soutien aux écoles qui avaient perdu leurs toitures des suites d’une pluie torrentielle. Les habitants les ont accueillis par des cris: « La route, la route, nous souffrons », scandaient-ils.  » C’est triste de laisser dans cet état cette route . La réhabiliter, c’est un moyen d’encourager les producteurs qui n’ont pour travail que la terre », fait remarquer Roger Matondo. Jacques lungwana précise que eux, les trois élus nationaux de Mbanza-Ngungu « se battent pour la route de Kimpangu' ». « Les génies militaires ont fait la prospection de la route grâce à nos efforts . La population reconnaît aussi leur passage . Nous avons constaté que le gouvernorat promet et ne fait rien. C’est pour cette raison que nous les avons envoyés pour nous faire une études et nous présenter un devis. Ca nous permettra de toquer les portent de ceux qui peuvent nous aider. Vos souffrances nous les partageons. Gardez votre calme, ca va s’arranger  »,apaise-t-il.

Kimpangu Ignoré dans le budget 2022

Ce tronçon routier important pour l’évacuation des produits agricoles est délabré il y a plusieurs années. Malheureusement, il n’est pas pris en compte dans le budget 2022.  » C’est triste pour notre population qui ne vit que de l’agriculture. J’avais dit au président de l’Assemblée nationale, me refuser de parler des routes de notre province, c’est faire souffrir davantage nos électeurs  », regrette Pierre Mutu.
Ces députés nationaux, trouveront-ils une solution pour cette route ?

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.