»Ça semble être un sabotage » : La réaction de Daniel Aselo, vice-Premier ministre de l’intérieur sur l’évasion des prisonniers à Matadi

 »Ça semble être un sabotage » : La réaction de Daniel Aselo, vice-Premier ministre de l’intérieur sur l’évasion des prisonniers à Matadi
Partagez

Au cours d’une émission à Matadi, Daniel Aselo, le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur a répondu à une question sur l’évasion de plus de 200 pensionnaires de la prison de Matadi. Il soupçonne un sabotage.

 »Je ne voudrai pas prendre des conclusions sur la commission qui a été mise en place par les autorités de la province. Mais en tant que politique, ça semble être un sabotage », suppose Daniel Aselo. Il s’explique: » On ne peut pas comprendre que, et c’est ça le jeu, quelqu’un qui est venu de l’intérieur, qui maîtrise la garde, qui prend une arme et qui la jette à l’intérieur de la prison, un prisonnier la ramasse et commence à faire des choses ! Comment ce prisonnier là est sorti de sa cellule, il vient passer près de deux heures au parloir, ne comprend-il pas. Il pouvait être là pour 5 minutes, 10 minutes mais il a pris tout le temps jusqu’à ce que les événements malheureux se produisent avec sa participation. Ça semble être un sabotage. « 

Appel à la collaboration

Le 20 novembre dernier plus de 200 prisonniers dont des bandits de long chemin se sont évadés du Camp Molayi. Des sentinelles ont été blessées. Une situation qui dérange les habitants du Kongo central déjà victimes des coupeurs de route, des racketteurs et des malfaiteurs.  »Nous sommes très conscients, nous sommes en train de travailler. Il faut que les responsables à tous les niveaux obtiennent la collaboration de la population », conseille Aselo qui a présidé une réunion avec le conseil provincial de sécurité.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.