Matadi: le PNMLS appelle les professionnels des médias à renforcer la sensibilisation sur le VIH/Sida

Matadi: le PNMLS appelle les professionnels des médias à renforcer la sensibilisation sur le VIH/Sida

Célébrée le 1er décembre, la Journée mondiale de lutte contre le Sida (JMS 2021), sera cette année lancée à Matadi, au Kongo central. Le Programme national multisectoriel de lutte contre le Sida (PNMLS) a réuni des journalistes de Matadi pour leur demander d’intensifier la sensibilisation sur cette maladie.

Par rapport à la riposte, le PNMLS rapporte que la RDC connait une épidémie de type généralisée avec une prévalence de 1,2% au sein de la population générale, une prévalence plus élevée parmi les femmes (1,6%) que parmi les hommes de 15-49 ans (0,6%). Chez les populations clés, elle est de 7,7% pour les professionnels de sexe, 7,1% chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, et de 3,9% pour les consommateurs de drogues injectables. Le nombre des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) en 2021 est estimé à 505 469 personnes, les nouvelles infections sont elles, estimées à 33770 en 2020, les enquêtes de sérosurveillance auprès des femmes enceintes ayant fréquentées les services de CPN en 2017 dont état d’une prévalence de 2,77%. En 2020, 383509 PVVIH ont eu connaissance de leur statut sérologique (76%), 376617 ont été mises sous traitement ARV (74%) et 130535 ont eu accès à la charge virale (41%) pour un taux de suppression de 87%. 12763 femmes enceintes et allaitantes sous ARV ont suivi le programme de PTME (48%) et 21669 enfants ont été mis sous ARV (34%).

Renforcer la sensibilisation

Ces chiffres démontrent à suffisance que l’objectif 90-90-90 d’ici 2020 n’a pas été atteint, que les inégalités sont flagrantes, et la stratégie nationale de riposte a montré ses limites et fait face à de nombreux défis. « Il y a besoin de renforcer la sensibilisation du grand public et des décideurs sur le VIH/Sida pour permettre au premier de mieux se protéger contre la pandémie et de s’approprier la lutte, et aux seconds de multiplier des efforts pour la mobilisation des ressources domestiques afin d’éliminer le VIH comme problème de santé publique d’ici 2030 », soutien Dr Bernard Bossiky, secrétaire exécutif national adjoint du PNMLS.
Voilà pourquoi ce programme a organisé ce briefing pour mobiliser l’attention des médias sur les efforts de la riposte nationale au VIH/Sida et par la même occasion interpeller les décideurs sur la nécessité de mobiliser davantage des ressources pour permettre à la RDC d’atteindre l’objectif 95-95-95 d’ici 2030.  » Il faut éviter l’événementiel. Informer la population à tout moment pour la
protéger dans l’optique d’éliminer d’ici 2030 la pandémie de Sida », exhorte le secrétaire exécutif national du PNMLS. « Vous êtes un pilier de la lutte, car les médias peuvent favoriser et engager un débat franc et ouvert sur le VIH et le Sida », a insisté pour sa part Felly Lonzolo, directeur suivi et évaluation au PNMLS.

Des journalistes motivés

Cette 33 ème édition est placée sous le thème international « Mettre fin aux inégalités. Mettre fin au Sida. Mettre fin aux pandémies » et le thème national « Mettre fin aux inégalités et s’engager sur la bonne voie pour mettre fin au Sida d’ici 2030 ».
En effet, la lutte contre le Sida fait aujourd’hui face à de grands et nombreux pesanteurs dont les inégalités.
« La JMS, les caractéristiques de la JMS 2021, explication sur les thèmes international et national, présentation du profil épidémiologique du VIH et l’état de la riposte sur le VIH en RDC ainsi que le rôle des professionnels des médias dans la célébration de la JMS 2021 », voilà l’essentiel du briefing auquel ont eu droit des professionnels des médias de Matadi. Pour le PNMLS, les inégalités constituent une violation des droits humains en matière de santé et de VIH/Sida. Les journalistes eux ont donc mission d’expliquer le danger que représente ces inégalités, les dénoncer et les décourager, car elles fragilisent la riposte contre le VIH/Sida. En clair, ils sont appelés à assumer la promotion des services VIH dans la communauté, expliquer et faire comprendre le thème annuel à la population, faire la promotion des comportements à moindre risque, orienter la population vers les services VIH/Sida et faire le plaidoyer de mobilisation des ressources. La mayonnaise a pris.
 » Nous avons un grand rôle à jouer, reconnaît Rebecca Ntumba d’Infoplus Matadi. Cette lutte est la nôtre, nous allons nous atteler à rappeler à la population que bien qu’occulté par le Coronavirus, le Sida est là, qu’il faut adopter un comportement responsable pour freiner son élan et qu’il faut éviter toute discrimination et stigmatisation. » Daniel Ndongi est le directeur des programmes de Radio Shalom. « Nous sommes outillés et nous avons maintenant la matière à livrer au public pour faire reculer le Sida. Nous ferons écho de matières apprises dans nos émissions et differents programmes. Pour Jean-Claude Kidumu de Digital Congo, « cet atelier valait la peine. Nous sommes outillés, c’est une bonne chose . Nous allons affuter nos armes pour la bataille ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.