En RDC, la sous-traitance désormais aux entreprises congolaises

En RDC, la sous-traitance désormais aux entreprises congolaises
Partagez

En RDC, l’activité de sous-traitance est dorénavant reservée exclusivement aux entreprises congolaises. C’est ce que dit la loi du 08 février 2017 sur la sous-traitance dans le secteur privé. L’autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP) s’emploie à la vulgariser. Dernière étape de la campagne de vulgarisation et de sensibilisation, Matadi, au Kongo central, avec des opérateurs économiques mardi 30 novembre .

Une journée d’information et d’échanges sur le leadership et l’entrepreneuriat ainsi que la loi sur la sous-traitance dans le secteur privé. La sous-traitance aux Congolais. « Le législateur a créé une discrimination positive avec cette loi qui accorde l’exclusivité de la sous-traitance aux entreprises dont les capitaux appartiennent à au-moins 51% aux personnes physique ou morale de nationalité congolaises. Il exclut donc toute entreprise à capitaux internationaux des marchés de sous-traitance en RDC ».
Quand le directeur général de l’ARSP, Kalej Nkand, prononce ces phrases, un tonnerre d’applaudissements retentit dans la salle de banquet de l’hôtel Ledya. Il enchaîne: »Cette loi est bénéfique car elle permet aux entreprises congolaises d’accéder à un certain nombre des marchés auxquels elles n’avaient plus droit, se félicite le directeur général de l’ARSP. Avec ladite loi, on assure la promotion des entreprises à capitaux congolais et on agit en fonction de l’émergence d’une classe moyenne dont parle le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi et l’émergence des jeunes millionnaires congolais. Ainsi, les bénéfices ne seront plus dirigés vers l’extérieur du pays. »
Des applaudissements nourris se font entendre de plus bel.
 » Je remercie les autorités pour cette loi et l’ARSP pour sa vulgarisation car les expatriés ne vont plus nous manipuler grâce à cette loi. Vraiment merci, encense Bienvenu Makambo, un entrepreneur. Mais nous attendons des actions concrètes sur le terrain. »
Marie-Yvette, responsable des établissements « Welcome to la Colyves », embouche la même trompette: « Nous saluons l’avènement de cette loi mais nous voulons vivre la réalité sur le terrain. Le Congolais ne doit pas souffrir dans son propre pays. »
Face à ces inquiétudes, le directeur général de l’ARSP se montre rassurant. « C’est très sérieux et nous croyons en ce que nous faisons. Avec l’appui des autorités du pays, nous allons faire appliquer cette loi et créer une classe moyenne, c’est possible », promet Kalej Kand.

Vivement l’ARSP!

Créée en octobre 2018, l’ARSP a notamment pour mission de vulgariser la législation sur la sous-traitance dans le secteur privé; d’identifier et enregistrer les sous-traitants éligibles dans une banque de données devant servir de base aux appels d’offres et au contrôle; de promouvoir les entreprises à capitaux majoritairement congolais et protéger la main d’oeuvre nationale et faire émerger une classe moyenne congolaise.

Pour cette première étape, Matadi, au Kongo central, consacre la fin de la campagne de vulgarisation de la loi sur la sous-traitance dans le secteur privé. Cette campagne avait conduit le ministre d’Etat, ministre de l’Entrepreneuriat, des Petites et Moyennes entreprises, à Lualaba, au Haut-Katanga et au Nord-Kivu.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.