’Stop aux violences faites aux femmes’’ : le message de l’Afejuco Kongo central aux élèves de Matadi

’Stop aux violences faites aux femmes’’ : le message de l’Afejuco Kongo central  aux élèves de Matadi

16 Jours d’activisme contre la violence basée sur le genre, période capitalisée par l’Association des femmes juristes congolaises(Afejuco) pour parler aux élèves de Matadi, au Kongo central, de la dangerosité de ces violences. Message bien capté.

‘’ Le viol, c’est abuser sexuellement d’une personne sans son consentement ‘’, résume un élève du collège Ntetembwa. ‘’ C’est forcer une personne de faire ce qu’elle ne veut pas faire (sexuellement)’’,  renchérit une élève de la même école. Des réponses après que l’Afejuco les a entretenus sur les violences faites à la femme, les violences basées sur le genre, la sexualité précoce, le chanvre, l’alcool, le harcèlement avec des points sexuellement transmissibles, le respect des autres et des parents, les pièges des réseaux sociaux en insistant sur la sextape…Il y avait aussi ceux du Camp Molayi, Sacré-Cœur, Ntetembwa, Maman Ntangu, Institut de Mvuzi, Groupe scolaire Mambote, Zolasana, Institut Carrel…’’La loi congolaise n’autorise pas à un enfant de moins de 18 ans d’avoir des relations sexuelles ‘’, prévient Me Bénédicte Kuanzambi. ‘’ Prenez votre temps d’étudier pour être des personnes utiles, conseille sa consœur Berlindice  Ndeso. Ce n’est pas normal que tard la nuit vous soyez collés aux téléphones pour regarder des images obscènes. ‘’ ‘’ N’acceptez pas qu’un garçon vous demande une photo ou une vidéo de vous nue. Ce sont des images que l’on peut retrouver plusieurs années après et qui risque de déranger votre carrière ou votre réputation’’, met en garde, une autre avocate. Autant d’exemples pris par ces femmes pour dessiller les yeux des élèves et dire à l’unisson : ‘’Stop aux violences faites aux femmes’’. Un message qui corrobore le thème mondial des 16 jours d’activisme contre la violence basée sur le genre: ‘’Orangez le monde : mettre fin dès maintenant à la violence à l’égard des femmes?!?’’.

‘’Nous disons non aux violences ‘’

L’Afejuco qui a, elle ciblé les jeunes les a sensibilisés sous le thème: ‘’ jeunesse responsable, pilier de la société de demain.’’ ‘’ Il y a beaucoup de violences dans ce milieu. C’est un milieu très délicat. C’est pour cela que nous sommes allés les sensibiliser non seulement sur les violences  pour y mettre fin mais aussi sur les violences verbales, domestiques … ‘’, explique Me Ariane Kwanga.  ‘’ Nous ne devons pas avoir peur, nous devons dénoncer les violences ‘’, soutient un élève.

Dans les différentes écoles de Matadi, les responsables ont apprécié l’activité de l’Ajejuco Kongo central. ‘’ Ce sont des informations très importantes. Mais, vous travaillez avec les moyens du bord pour encadrer la jeunesse. Pourtant, la province et les grandes associations disposent des moyens mais ne veulent pas penser à financer ce genre d’initiative. Nous demandons aux parents de renforcer (la sensibilisation)  à la maison pour ne pas tomber sur  ce que nous sommes en train de décommander. Nous disons non aux violences ‘’, conclut le directeur des études de Ntetembwa.

Avant les 25 novembre, début des 16 jours d’activismes contre la violence basée sur le genre, l’Afejuco était déjà en sensibilisation des jeunes à Kimpese voire dans d’autres écoles de Matadi. ‘’ Il y a un problème des mœurs dans notre pays, il faut un éveil de conscience. Les jeunes doivent savoir comment se comporter car ils sont l’avenir de la RDC. Nous remercions les partenaires MGT, Connex africa parce qu’ils ont compris qu’il était important de parler aux jeunes qui sont le pilier, l’élément essentiel pour le développement de demain’’, s’est réjoui Cherine Luzaisu, présidente de l’Afejuco. L’association qu’elle dirige  compte ne pas s’arrêter en si bon chemin.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.