Covid-19 à Boma:alerte des autorités après enregistrement de plusieurs décès

Covid-19 à Boma:alerte des autorités après enregistrement de plusieurs décès
Partagez

A Boma, le nombre de décès est en hausse pendant que les contaminations flambent aussi. Inquiétude du côté des autorités urbaines qui se démènent pour avoir ce qu’il faut pour tester les habitants et traiter ceux qui sont contaminés en même temps qu’elles prescrivent l’observance des gestes barrières.

Dangereuse 4ème vague de la Covid-19. Boma a déjà enregistré 13 décès deux semaines après que le gouvernement l’a déclarée. La première semaine, zéro décès a été enregistré ainsi que moins de 100 contaminations. Pendant que les trois précédentes vagues, cette deuxième ville du Kongo central n’a enregistré que… décès. La situation épidémiologique du 21 décembre fait aussi état de 39 nouveaux cas positifs. Le cumul est de 366 cas dont 285 cas bénins confinés à domicile, 58 cas dont traitement terminés et en instance contrôle, dix cas graves et modérés soignés internés au Centre de traitement covid (CTCO) Croix-Rouge. ’’ On insiste sur le respect des gestes barrières. Tout le monde est informé de la virulence de la 4ème vague mais tout le monde ne change pas de comportement malgré tout. C’est un contraste comportemental bizarre », se plaint Marie-Josée Niongo, maire de Boma.

Moins d’intrants

Alors que le taux de contamination est exponentiel, les intrants pouvant répondre aux besoins des malades demeurent insuffisants. ’’ A la suite de notre SOS, nous avons reçu un appui apparemment pas consistant et nous sommes à la même case du départ. Vu la montée vertigineuse de nouveaux cas et vitesse de contamination, tous les médicaments et oxygène reçus sont épuisés aussitôt arrivé. Plusieurs nouveaux cas sont dépourvus des médicaments. Pour l’heure, le besoin en sacs mortuaires, médicaments pour riposte, chlore et détergent pour désinfection et décontamination, ainsi que l’oxygène pour les malades graves en détresse respiratoire est toujours non résolu », tire-t-elle la sonnette d’ alarme.

Se faire vacciner

La Covid-19 et sa cohorte de malheurs arrivent pendant que le vaccin est disponible. Malheureusement, les habitants l’évitent arguant qu’il est dangereux. D’autres carrément ne croient pas en la maladie. ’’L’un des moyen pour prévenir la maladie est de se faire vacciner. Nous avons plusieurs sites retenus pour recevoir le vaccin. A l’hôpital général, à la clinique Croix-Rouge, à l’hygiène Kalamu, au centre des sœurs à Kiveve, à Florencia ou Mabaku2 . Dans tous ces sites, le vaccin est disponible et nos équipes y travaillent », conseille Pax Lukumu, animateur de la zone de santé de Boma.
Annie Mbadu, consultante à l’UNICEF enchaîne :‘’Les petits enfants sont des porteurs sains, ils ont la facilité de propager la maladie sans la développer. Voilà pourquoi, nous demandons aux parents de veiller à l’encadrement des enfants. Les festivités sont proches. Mais que cela ne soit pas l’occasion de contracter la maladie pour semer la désolation et nous empêcher de fêter en toute quiétude. Nous devons faire attention parce que plus le nombre de cas augmente plus nous poussons les autorités à prendre des mesures drastiques comme le confinement. Ce que personne ne souhaite d’ailleurs parce que le confinement entraîne beaucoup de conséquences. »

Marie-Josée Niongo met en garde ceux qui négligent les mesures barrières.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.