Assassinat de deux présumés voleurs de motos à Nsioni, au Kongo central : fin de la première audience foraine

Assassinat de deux présumés voleurs de motos à Nsioni, au Kongo central : fin de la première audience foraine

Ce procès au tribunal de grande instance de Tshela siégeant en audience foraine au stade de Nsioni vendredi 14 janvier doit faire la lumière sur l’assassinat par des taxis-motos de Boma de Kumbu Khuwa et Mvuezolo Matondo, deux présumés voleurs des motos. Ils étaient immolés. Un procès que l’on veut pédagogique.

Cette première audience qui a drainé du monde a été consacrée à la présentation des faits.

Cette première audience qui a drainé du monde était consacrée à l instruction des faits.
Mayela Pfiti et consorts, onze au total, sont poursuivis par le Ministère Public pour double meurtre. L’affaire se passe dans l’après midi du 13 janvier. Plusieurs jeunes taxis-motos de Boma mettent à sac l’amigo de la police de Mbata Ndungu, à Nsioni. Y étaient détenus: Kumbu Khuwa et Mvuezolo Matondo, deux présumés voleurs des motos, à Boma. Ils ont été tués atrocement.  » Les présumés voleurs et les présumés assassins, tous sont pour moi des compatriotes, des frères humains. Nous décrions la justice populaire, c’est une justice révolue. Qu’on laisse à la justice de faire son travail », déclare Justin Luemba, le gouverneur intérimaire. Cette audience a duré 4 heures.  » Les juges ont été à l’écoute des prévenus, ils ont respecté la présomption d’innocence sous réserve de certaines préoccupations qui n’ont pas trouvé des solutions. C’est une occasion pour remercier son Excellence monsieur le Gouverneur ai qui a pensé faciliter l’organisation de cette audience car elle n’est pas là seulement pour sanctionner mais elle revêt aussi un caractère pédagogique. Il faut déplorer quand même cette recrudescence de la criminalité que nous vivons dans notre milieu. Le mukongo et particulièrement le muyombe a du mal à causer du tort. Il y a des gens qui sont incapables d’immoler un coq. Et quand on arrive à ce niveau, c’est qu’il y a un malaise », reconnait Me Eric Maketama, avocat de la défense.

En effet, ce n’est pas la première fois qu’au Kongo central, des habitants se livrent à la justice populaire. Depuis que l’insécurité y a élu domicile, des présumés coupables sont brulés. »
Il faut parfois des audiences comme ça pour essayer de donner certaines leçons aux gens pour comprendre que l’on ne peut pas se rendre justice  »,
estime Me Eric Maketama. La
Prochaine audience est fixée au mardi 18 janvier.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.