Tang Soo Do, la nouvelle discipline sportive au Kongo central

Tang Soo Do, la nouvelle discipline sportive au Kongo central

A l’occasion de l’implantation de la Ligue provincial du Tang Soo Do Kongo central, 29 formateurs ont bénéficié de la formation technique de base du 25 au 29 janvier 2022 à l’esplanade de l’E.P. Boabab dans la commune de Nzanza.

Par Chadrack Kayi

Au total 29 récipiendaires de Matadi, Boma, Kisantu, Kansangulu et Muanda ont suivi la formation technique de base de Tang Soo Do. « Nous sommes très heureux de suivre cette formation. Nous comptons évoluer, en tant que jeunes, dans cette discipline afin que les gens nous donnent de la valeur dans cet art que nous pratiquons, car il y a bien des gens qui prédisent que nous finirons par devenir agents de gardiennage ou racketteurs. Ce qui n’est pas le cas »,se défend Patrick Mpozo du Club Do Jang Israël.

Tang Soo Do est un art martial d’origine Coréenne qui met l’accent sur la discipline et sur la pratique de Hyongs et des mouvements d’autodéfense. Il a été fondé par Le Grand Maître Hwang Kee.  » Il est vraisemblablement proche du Taekwondo », explique Bona Finkudi, président de la Ligue provincial de Tang Soo Do Kongo central. Le Tang Soo Do est similaire au Taekwondo dans la pratique. Comme nous pratiquons aussi le Taekwondo, nous nous sommes dit, on peut toutefois aussi pratiquer le Tang Soo Do. C’est ce qui nous a intéressé. « 

Bonne adaptation des athlètes

Le ministère des sports a confié à la Fédération congolaise de Tang Soo Do la mission d’implanter cette discipline martiale à travers le pays.  » En dehors de cette implantation, nous avons profité de cette occasion, comme nous étions accompagnés de l’équipe technique, de faire le recyclage pour former les formateurs qui vont faire la restitution au niveau de leurs clubs », explique Berth Mingombo, 4e vice-présidente de la Fédération congolaise de Tang Soo Do. D’après elle,  » l’adaptation dont ont fait preuve les athlètes du Kongo central laisse croire que cette discipline ira de l’avant dans ce province ».
La formation était centrée sur technique de base et l’ arbitrage. Les lois du jeu ont été expliquées. « Nous étions censés de former les maîtres que nous avons trouvés sur place puisqu’ils viennent d’autres disciplines. Nous les avons formés de manière accélérée pendant cinq jours », éclaircit Ramse Ramazane, entraîneur national adjoint de la fédération congolaise de Tang Soo Do.
C’est une discipline de plus dont bénéficie le Kongo central.

Appel aux filles

Mabiala Zamonika, chef de bureau et chargé des activités physique et sportive à la division provinciale des sports et loisirs, pense que  » C’est grâce à la bonne gestion des entités sportives que les fédérations se précipitent pour s’installer au Kongo central, se réjouit Mabiala Zamonika, chef de bureau et chargé des activités physiques et sportives à la division provinciale des sports et loisirs. La délégation de Kinshasa n’est pas venue ici pour faire du tourisme. Comme vous venez d’être formés par les directeurs techniques nationaux, faites en sorte que vos clubs puissent aussi en être bénéficiaires. « ‘ C’est rare de voir voir les filles partiquer ce genre de sport, certaines pensent que c’est une discipline exclusive aux hommes. Non ! Les filles du Kongo central peuvent s’empresser pour s’adhérer », encourage Anny Mbadu, 2ème entraîneur adjointe national.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.