Écotourisme en RDC: intéressants projets du ministre Modero Nsimba au parc mangroves de Muanda

Écotourisme en RDC: intéressants projets du ministre Modero Nsimba au parc mangroves de Muanda

En vue de promouvoir l’écotourisme au parc des mangroves de la Muanda, fenêtre du pays ouverte à l’extérieur par l’océan Atlantique, Modero Nsimba, le ministre du Tourisme de la RDC initie deux projets : l’aménagement des paillotes et l’exposition des Lamentins, mammifères aquatiques .

Par Blaise Vangu

Modero Nsimba tient la coquille d’une huître

Par un temps doux, en plein parc des mangroves à palétuviers, le canot rapide à bord duquel se trouve Modero Nsimba, déchire les eaux sur la rive nord de l’embouchure du fleuve Congo dans ce parc paradisiaque.Après 90 minutes de randonnée, il arrive à Nganda Bakongo, un îlot idyllique. Les bungalows qui sortiront des terres vont abriter les touristes. Un espace sera aménagé pour contempler les Lamentins aussi appelés vaches de mer. Ce sont de gros mammifères herbivores d’eaux littorales peu profondes, dans l’embouchure des fleuves et les marins côtiers de la zone tropicale de l’atlantique. »Le Lamentin était parmi les raisons qui ont poussé l’Etat congolais à créer le parc marins des mangroves à part la forêt des mangroves et les tortues marines », le conservateur du parc marin des mangroves.

Modero Nsimba, ministre du Tourisme à bord du canot rapide qui le conduit dans l’îlot de Nganda Bakongo

Créer des zones d’expansion touristique

Ce projet entre dans le cadre de la vision du ministre qui se bat pour créer des zones d’expansion touristique.

Un tantinet temps, le ministre arrive à Kimwabi, village appelé aussi Île des coquillages. Ici aussi des gîtes d’etape seront construites.  » Nous sommes dans une île formée par des coquillages.

Kimwabi, village appelé aussi Île des coquillages.

On a mangé des huîtres, avec le temps, les coquillages forment un bloc comme si c’était un bloc de béton et quand vous marchez, cela produit un son. Nous voulons montrer aux Congolais que nous avons plusieurs produits à proposer dans le cadre du tourisme  », vante Modero Nsimba qui souligne qu’un groupe de pêcheurs sera formé comme guide touristique par l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN).
Un autre projet concerne la construction d’un Belvédère à l’embouchure du fleuve Congo pour permettre aux écotouristes de contempler le fleuve d’une part et d’autre par l’océan. Un projet qui se fera en collaboration avec le promoteur du port en eaux profondes de Banana.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.