Face à la difficulté de faire évoluer les travaux de restauration du zoo de Kinshasa spolié, Modero Nsimba recourt au ministère de la Justice

La rénovation du jardin zoologique de Kinshasa se heurte à une difficulté :la spoliation de son entrée et autres espaces. Les spoliateurs refusent toujours de quitter le lieu malgré le préavis. Modero Nsimba, le ministre congolais du Tourisme dans sa vision de faire revivre ce parc se confie au ministère de la Justice pour les y contraindre.

Par Blaise Vangu

Cette fois, c’est avec le vice-ministre de la Justice que Modero Nsimba débarque au jardin zoologique. Le ministre du Tourisme lui montre des immeubles sortie de terre, des échoppes qui barricadent le zoo etc. Les travaux de construction de la clôture de ce site touristique en vue de le sécuriser se sont estompés. « Nous ne savons plus évoluer à cause de nombreuses interventions, de blocages des procédures judiciaires inutiles. Nous avons jugé bon d’être accompagné du vice-ministre de la Justice qui va nous appuyer pour que ces travaux évoluent  », explique Modero Nsimba.

Sévir
Le préavis de trois mois donnés aux spoliateurs, renouvelés une fois déjà, n’a toujours pas produits des effets.Du coup, même les travaux de l’aménagement intérieur sont bloqués.

Pourtant, c’est depuis le 29 juillet 2021 que le ministre Modero a lancé les travaux de restaurant du jardin zoologique grâce au Fonds pour la promotion du tourisme et ce, 83 ans après. « Sous réserve de l’article 151 de la Constitution qui consacre la séparation du pouvoir entre l’exécutif et le puvoir judiciaire, nous pensons qu’il y a lieu d’accélérer pour que les gens qui occupent illégalement cette partie du zoo soient déguerpis en respectant la procédure  », estime Amato Bayubasire, vice-ministre de la Justice.

Lire aussi :83 ans après, Modero Nsimba décide de restaurer le jardin zoologique de Kinshasa

Cependant beaucoup de ceux qui sont accusés de spolier le zoo brandissent des titres détenus légalement. « Il faut aussi tirer la responsabilité de ceux qui ont géré cet endroit. Il font qu’ils répondent(de leurs actes, Ndlr) », soutient Amato.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.