Kongo Central : des habitants formés sur ODK, l’application de collecte des données sur la tuberculose

Kongo Central : des habitants formés sur ODK, l’application de collecte des données sur la tuberculose

En RDC, le Kongo central fait partie des provinces les plus touchées par la tuberculose. La Covid-19 qui sévit dans le monde a aussi perturbé les efforts de lutte contre cette maladie. Kobo collecte (ODK) est l’application qui va permettre de récolter des données dans cette province pour déterminer l’ampleur de la maladie de 2020 à 2021. Les membres des différentes structures de la société civile santé ont été formés lundi 18 avril pour ce faire, à Matadi.

Cette application à partir du téléphone permet de : créer des formulaires pour collecter les données dont on a besoin où qu’elles se trouvent, des formulaires avec des photos, des points GPS, une logique de saut, des calculs, des ensembles de données externes, plusieurs langues, des éléments répétitifs. Encore plus de : collecter des données hors ligne avec l’application mobile ou l’application Web et synchroniser ces données lorsqu’une connexion Internet est trouvée, analyser facilement en connectant des applications telles qu’Excel, Power BI ou R pour créer des rapports et des tableaux de bord pouvant être mis à jour en direct et partageables. L’application sera utilisée par la collecte des données de la tuberculose de 2020 à 2021, période au cours de laquelle la Covid-19 avait perturbé la lutte notamment contre la tuberculose. La cible est : les patients tuberculeux, présumés tuberculeux, contacts des malades tuberculeux et les prestataires. ’C’est un outil facile à manipuler dans un téléphone Android « , réalise Rémy Ndungi, un participant.

DOT

La prise en charge de la tuberculose est ambulatoire, les malades ne sont plus mis en isolement. Ils sont chez eux à la maison et viennent régulièrement prendre leur médicament à l’hôpital. ‘’ C’est ce que nous appelons DOT, un traitement directement observé en présence d’un infirmier », explique Ambroise. « Les malades nous allons les rencontrer dans le CDT, c’est là où ils se rendent pour avoir leur traitement. Donc, les registres sont là, ils sont bien identifiés au niveau de laboratoire parce qu’avant d’être malade, ils ont présenté les signes. Nous avons déjà commencé ce travail là, nous sommes déjà au niveau de l’encodage », explique-t-elle. Marie-Louise Kinzola, point focal de la Ligue nationale antituberculeuse et antilépreuse du Congo (LNAC) Kongo central.

Statistiques alarmantes

Si la RDC est parmi les dix pays à forte charge de la tuberculeuse, Le Kongo central est parmi les provinces qui placent ce pays parmi les dix pays à forte charge de la tuberculose. Elle se classe quatrième après le Haut-Katanga, Kasaï occidental, et Kinshasa. « Notre province notifie plus de 5 500 malades chaque année. Si je dois faire la moyenne, nous sommes à plus de 5 000 malades « , révèle Dr Ambroise Umba, coordonnateur provincial de lèpre et tuberculeuse Kongo central ouest.

Dans cette province, trois zones de santé, considérées comme épicentre de la tuberculose, seront concernées par cette enquête sur les 31 que compte la province. Les zones de santé de Nzanza, Matadi et de Boma.

Les données recueillies seront directement transféré à Genève car l’application fonctionne en relis avec le serveur central.

Financée par STOP TB, cette formation est organisée par la LNAC en collaboration avec le Programme national de lutte contre la tuberculose.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.