La CENI explique aux candidats gouverneur et vice-gouverneur leurs droits, devoirs et les sanctions encourues

La CENI explique aux candidats gouverneur et vice-gouverneur leurs droits, devoirs et les sanctions encourues

Pour une élection apaisée le 6 mai du gouverneur et son vice, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) compte sur le comportement exemplaire notamment des candidats. Le rapporteur adjoint de cette institution d’appui à la démocratie Paul Muhindo leur a expliqué au bureau de représentation de Matadi, leurs droits, devoirs et les sanctions  qui pèsent sur eux en cas de grief.

‘’Disposer des affiches, tenir des réunions, dénoncer toutes formes des fraudes, déployer des témoins, tenir des manifestations vis-à-vis des députés…’’ Quelques droits des candidats qu’explique Muhindo. Le rapporteur adjoint de la CENI s’appesanti aussi sur leurs obligations : respecter l’ordre public, les slogans des autres, cultiver la tolérance, éviter la diffamation, la corruption…’’

Le Kongo central est miné par des dissensions entre les députés, l’assemblée provinciale et le gouvernement provincial, des jeunes qui soutiennent tel ou tel autre politique etc. Depuis l’affaire Mimigate, la déchéance contestée du gouverneur Atou Matubuana, les velléités se sont exacerbées.  Et, l’élection du gouverneur et son vice risque d’être la goutte d’eau qui va faire déborder le vase. ‘’Nous ne pouvons pas vouloir que lorsque que les élections sont en train d’être organisées que de ces élections puissent naître certains conflits, ou que cela aboutissent à ce que nous appelons l’écoulement du sang ‘’, explique Paul Muhindo. Il prévient que des sanctions sont prévues pour les candidats récalcitrants, les militants…

Soutenir le gagnant

Outre des candidats à cette séance de travail, les notables, le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication, l’Union nationale de la presse du Congo, les représentants des confessions religieuses ont été invité. ‘’C’est Dieu qui choisit. Servir le peuple, c’est servir Dieu. Vous serez poussé à répondre aux besoins de la population. Si vous gagnez, c’est Dieu qui vous a choisi ‘’, conseille l’Evêque principal de l’Eglise de réveil, Armel Maboti qui demande aux députés provinciaux ‘’de ne pas être sentimentalistes, de rester comme des instruments que Dieu utilise pour choisir son instrument pour l’avenir de notre province ‘’.

Le candidat qui obtiendra la majorité 21 voix le 6 mai sera proclamé gouverneur.  ‘’Cultivons la fraternité. Celui qui va gagner doit être soutenu par les autres. La province a connu beaucoup d’instabilité. Cela ne peut se stabiliser sans vous ‘’, conseille le rapport adjoint de la CENI.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.