Modeste Nguma de Ntetembwa, à Matadi , plébiscité meilleur chef d’établissement de la RDC

Modeste Nguma de Ntetembwa, à Matadi , plébiscité meilleur chef d’établissement de la RDC

En dépit des moyens insignifiants dus à la gratuité de l’enseignement, le chef d’établissement Modeste Nguma de Ntentembwa n’a cessé de se démarquer dans son administration. Un nouveau bâtiment pour la section littéraire a vu le jour dans l’enceinte du collège Ntetembwa, à Matadi, au Kongo central . Ce qui lui a valu le prix de meilleur chef d’établissement de la RDC,décerné par le Réseau de sensibilisation d’éducation civique.

Samedi 14 mai, centenaire de Ntentembwa, ex Saint Alphonse.Le réseau de sensibilisation d’éducation civique qui prime chaque année un chef d’établissement à travers la RDC décerne ce prix à Modeste Nguma. « Merci pour ce prix. Ça nous encourage pour faire encore plus, travailler plus à la moisson du Seigneur. Merci infiniment », dit-il reconnaissant.

La gratuité décrétée par le président de la RDC a apporté une cohorte de problèmes. « La gratuite ne donne pas de moyens. Il y a eu des grèves mais, nous avons vu une lumière, une étoile à Matadi où malgré les difficultés, les grèves, la gratuité mal comprise et même transférée dans les écoles secondaires qui n’avaient plus les moyens, on a vu, à Ntentembwa, des bâtiments être construits dans une période difficile « , encese le chef d’établissement de Ntetembwa Boka, représentant du Réseau de sensibilisation d’éducation civique. Ce bâtiment est inauguré par Mgr Giraud Pindi, le nouvel Evêque du diocèse de Matadi.

A Alingwa, à Kitambo, à Kinshasa, Modeste avait aussi obtenu un prix.

Améliorer les conditions éducatives

Scolariser les enfants à Ntetembwa, école de renom est le rêve de beaucoup de parents. Mais nombreux n’y arrivent pas faute de moyens. « Nous voulons que ce pays change pour que chaque parent puisse être capable de payer les études de son enfant », prie-t-il. Les autorités politiques et provinciales doivent donner aux parents ce qui leur revient pour qu’ils puissent prendre en main l’éducation de leurs enfants », demande–t-il. L’autorité provinciale, c’est Guy Bandu, élu le 9 mai dernier gouverneur du Kongo central. « Les députés provinciaux vous ont élu pour résoudre les problèmes de la société et un des plus graves problèmes de la société, c’est l’éducation », soutient-il. Tout en souhaitant voir le nouveau dirigeant sillonner toute la province afin d’améliorer les conditions éducatives comme il le faisait lui-même alors administrateur apostolique du diocèse. « Si vous ne le faites pas, aux prochaines élections, ne revenez pas chercher nos voix », prévient-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.