Après le cri d’alerte de Gloria Tuluka, DG de l’OEBK sur l’état de la chaussée du pont Maréchal, les Japonais lancent des travaux préliminaires

Après le cri d’alerte de Gloria Tuluka, DG de l’OEBK sur l’état de la chaussée du pont Maréchal, les Japonais lancent des travaux préliminaires

Une délégation japonaise travaille sur la chaussée du pont Maréchal mais aussi sur ses routes d’accès. Préliminaires en vue des travaux herculéens programmés l’année prochaine, ils sont la résultante du cri d’alerte lancé par Gloria Tuluka, directrice générale de l’Organisation pour l’équipement de Banana-Kinshasa (OEBK).

Gloria Tuluka est sur le pont Maréchal. Elle admire ses agents qui travaillent sous la conduite des experts Japonais. Ils font des excavations sur la chaussée de cet ouvrage pour voir l’état de l’acier, la base sur laquelle est assise la carpette qui est la couche de roulement.

Ce sont des travaux préparatoires à la réhabilitation de la chaussée. Mais, il y a aussi les routes d’accès au pont: 8,1 km.  »La mission japonaise va évaluer le coût et la durée des travaux. Nous sommes satisfaite des travaux qui ont démarré ‘ ‘, exulte Gloria Tuluka. Et à Kinkanda, sur la route nationale des études géotechniques sont en train d’ être menées. En effet, de la station service Total jusqu’ à la place Aurevoir Matadi, ce tronçon fait aussi partie des voies d’accès du pont, géré par l’OEBK.

Cri d’alerte entendu

Le 21 mai dernier lors du 39 anniversaire du pont Maréchal Mobutu, la directrice générale avait lancé un SOS sur l’état de cette chaussée qui a vieilli, occasionnant des anomalies:fissures et distorsions et qui laissent place à des infiltrations d’eaux.  »L’année prochaine les Japonais vont débuter avec les travaux « , promet Guylain Kabwende, le directeur technique de l’OEBK. Une assurance reçue des Japonais.  » Le pont a été réalisé par le Japon. Depuis, nous avons gardé une bonne relation avec l’OEBK. Nous espérons continuer à garder ce lien étroit  », fait savoir Yakimoto Tatsumi, le consultant en chef adjoint de la mission japonaise qui assure les Congolais de l’expertise des techniciens de l’OEBK pour la maintenance de ce pont.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.