Beaucoup d’émotions aux funérailles de « Maman » Marie-Madeleine Mienze Kiaku, à Mbanza-Ngungu

Beaucoup d’émotions aux funérailles de « Maman » Marie-Madeleine Mienze Kiaku, à Mbanza-Ngungu

Un rassemblement des politiques, scientifiques,élèves, étudiants, maraîchers et anonymes:la cérémonie d’adieu de « Maman » Mienze fait transparaître de vives émotions,à Mbanza-Ngungu, au Kongo central.

A l’intérieur de la paroisse Sainte Thérèse de Mbanza-Ngungu,sa paroisse, Marie-Madeleine Mienze Kiaku est entrée ce matin de juillet dans un cercueil. Cercueil blanc qui l’enferme depuis sa mise en bière vendredi 1 juillet dans le reposoir du Cinquantenaire, à Kinshasa. C’est un déchirement des cœurs. Des larmes perlent sur les joues d’Albert Fuakiwu. « Maman Mienze m’a permis de finir mes études. Elle m’a payé deux ans des frais académiques « , se souvient-il. Larmes aux yeux, une femme brandit ses mains en signe d’aurevoir. « Ah maman qui nous rassemblait. Tu nous poussais à plus d’initiative, tu nous blâmais quand il le fallait, tu nous laisses pendant qu’on avait encore besoin de toi « , na’rrive-t-elle pas à réaliser .

Que de témoignages

Marie-Madeleine Mienze est décédée à 77 ans, à Kinshasa, le 18 juin dernier d’hypertension. Après ses études à l’école Notre Dame du Congo(Lycée Kivuvu), la pédagogie à l’institut Maria Goretti (Lamba), à Kimpese, la géographie-histoire à l’ISP Gombe et la pédagogie appliquée (géographie) à l’IPN,

c’est une carrière professionnelle riche qui l’attend. :Enseignante à l’ISP Gombe; vice-gouverneur du Kongo central; conseillère principale au cabinet du vice-président de la RDC Yerodia Abdoulay Ndombasi, députée nationale; vice-ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, secrétaire générale adjointe du PPRD, ancien parti au pouvoir; PCA de la compagnie sucrière de Kwilu-Ngongo et à la Compagnie des voies maritimes… « Elle est allée trop tôt, c’est regrettable. Même si on dit que c’est notre passage obligé, mais là, la nature a commis une erreur « , regrette Val Massamba. Ce professeur des universités fait une révélation sur l’héritage que laisse celle qu’il appelle  » la maman des mamans » :un grand espace à Mpozo, à l’entrée de Matadi qui abritera le quartier industriel des petites industries du Kongo central qui sera financé par la banque mondiale et d’autres partenaires.
Très liée à l’encadrement de la jeunesse, elle laisse un nom dans l’histoire de l’institut supérieur des techniques appliquées de Gombe Matadi. « C’est avec son argent et ses efforts. Elle nous a accompagné en tant que première autorité de l’ISTA Gombe Matadi dès la création jusqu’à la mécanisation du personnel. C’est ce qu’on appelle en mathématiques, une partie génératrice « , témoigne le chef de travaux Moïse Mpukuta, aujourd’hui secrétaire général académique de l »IBTP Matadi. Il n’ y a pas qu’à l’ISTA mais aussi à l’université Kongo, la première université communautaire de la RDC…

Modèle pour les femmes


Les femmes, elles sont nombreuses qu’elle a inspirées. Elles sont venues lui rendre un dernier hommage. « C’est une femme qui m’a marquée. Elle m’a assistée pour des choses pour lesquelles je ne m’attendais pas. Lors de l’élection du gouverneur, elle m’a cherchée, elle m’a exhortée pour voir dans quelle mesure nous pouvons maximiser les chances de la femme. Elle m’a exhortée de me distinguer en tant que femme lors de la campagne pour ne pas jeter l’opprobre sur la femme. Politiquement, c’est une femme qui nous a légué des choses. Elle était sur tous les fronts. Pour nous, c’est un défi en tant que Ndona, en tant que fille du Kongo central de faire en sorte que la province ne soit pas orpheline d’elle « , parle déterminée la sénatrice Néfertiti Ngudianza. « Je retiens de maman Mienze, l’image d’une mère. Je ne l’appelais plus maman Mienze, je l’appelais maman Ndona mbuta(l’aînée de toutes les femmes honorifiques, Ndlr). De toutes les aînées qui nous encadraient, d’abord elle est née la même année que ma mère, elle me rappelait ma mère et même dans son comportement, elle avait de la convivialité, de la modestie, de l’humilité. Çela nous enseignait. Maman Mienze avait toujours le temps de faire quelques blagues et surtout elle avait le temps de nous faire aimer le Kongo parce qu’elle avait des dictons. Elle savait tellement de choses que c’était une vraie source pour moi « , rend hommage Chantal Malamba, présidente provinciale d’Awirn Kongo central.

 » Maman chérie, va en paix « 

Comme eux, ils sont nombreux à dire leurs adieux à l’illustre disparue:le député national Simon Mbatshi, au nom de la notabilité; Albert-Fabrice Puela, ministre national des Droits humains; Guy Bandu, le gouverneur du Kongo central etc. C’est pour ces nombreuses gens qui ont fait le déplacement de partout que sa famille est reconnaissante. « C’est un sentiment d’immense gratitude et de remerciements à Monseigneur(Mgr André-Giraud Pindi, Evêque du diocèse de Matadi, Ndlr), à toutes les autorités et à l’ensemble de la population. Maman était un monument donc un patrimoine provincial et national, relève un de ses trois enfants. De tout ce que tu as fait, de toutes tes valeurs, tes œuvres parlent et continueront à parler à jamais. Maman chérie, là où tu es, tu vois du moins de la manière dont les cœurs des uns et des autres s’expriment. Maman chérie, va en paix. « 
En paix, Mienze Kiaku reposera au cimetière familial de Nsinsu, à Mbanza-Ngungu.

One Response to "Beaucoup d’émotions aux funérailles de « Maman » Marie-Madeleine Mienze Kiaku, à Mbanza-Ngungu"

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.