A Boma, les habitants attendent fiévreusement la justice transitionnelle

A Boma, les habitants attendent fiévreusement la justice transitionnelle

Boma est aussi concerné par les consultations nationales, prélude à la justice transitionnelle. Les concernés l’attendent. Freddy Panga, chargé d’Etudes au ministère des Droits à conduit la mission qui était à l’écoute des habitants dans cette deuxième ville du Kongo central.

Dix jours durant, l’équipe des enquêteurs s’est rendue à Mbangu, Rond point Boma 2, quartiers Mao dans la commune de Kalamu et Seka Mbote dans la celle de Kabondo dans le village Khanzi sur la route de Muanda. ‘’L’objectif de ces consultations visent de manière globale à recueillir les perceptions des populations locales affectées par la violence sur les besoins de justice, de réparation, de réconciliation, de vérité, de cohabitation pacifique et de prévention de nouveaux conflits sur toute l’étendue de la RDC’’ , explique Freddy Panga, chargé d’études au ministère des Droits humains . Ils ont mené des enquêtes pour comprendre les tenants et les aboutissants des éventuels conflits pour une réparation mais aussi des garanties de non répétition avec pour finalité une cohabitation pacifique et une  paix durable. ‘’La justice transitionnelle se base essentiellement sur les victimes sans nécessairement réunir les preuves des infractions commises et en déterminer l’auteur des faits comme l’exige le droit commun. Elle est basée à la réparation des victimes en dépit de tout autre élément. Voilà pourquoi, ils doivent mener des enquêtes et écouter leurs versions des faits  ‘’, renchérit Me Germain Mbadu, avocat.

Lire aussi:Néhémie Nkusu :’’les gens sont contents de voir que la justice transitionnelle est en train de démarrer dans notre pays »

Démarche saluée

A Boma où BDK est très enraciné, les adeptes de ce mouvement politico-religieux ont été victimes des graves exactions. Les consultations nationales lancées est un pas pour lui. ‘’C’est normal parce que nous avons été victimes d’une grave injustice. Plusieurs de nos frères sont morts ici aussi à Boma. Je pense qu’il est temps que l’on se dise des vérités et que justice soit faite. C’est pour cela que nous saluons ce qui est en train d’être fait, pourvu que cela aboutisse  ‘’, espère Tsasa, un militant de Bundu dia Mayala (ex-BDK). ‘’Je pense que toute personne victime d’un acte répréhensible constitutif d’infraction doit être rétablie dans ses droits et réparer les préjudices dont elle a été victime. Donc c’est une bonne chose’’, ajoute pour sa part Me Mbadu.

Les consultations populaires sur la justice transitionnelle ont été lancées officiellement en RDC en mars 2022 par le ministre des Droits Humains Albert-Fabrice Puela avec l’appui financier du Bureau conjoint des Nations –Unies pour les droits de l’homme.

Comme ailleurs, des enquêteurs s’entretiennent avec les victimes pour faire remonter les informations devant aboutir à la justice transitionnelle. Elle aide les sociétés soumises à l’oppression à se transformer en société libre en réparant les injustices du passé par des mesures visant à rendre possible un avenir équitable. Elle est fondée sur 4 piliers à savoir la vérité, la justice, la réparation et la garantie de non répétition. Cette justice permet  d’accompagner la reconstruction des structures d’un Etat de droit.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.