L’Afejuco dissémine les lois favorables aux entrepreneuses à Matadi

L’Afejuco dissémine les lois favorables aux entrepreneuses à Matadi

Pour permettre aux femmes de sortir de l économie informelle qui n offre pas assez de garanties et de booster leurs activités , l’Association des femmes juristes congolaises(Afejuco), section du Kongo central vulgarise, à Matadi, les lois favorables aux entrepreneuses avec l’appui d’ONU femmes. A travers une caravane motorisée, ces femmes accompagnées des jeunes ont sillonné les artères de Matadi, vendredi 22 juillet à la rencontre des femmes.

Assis sur la portière d’un taxi, un jeune crie au mégaphone en kikongo (langue locale parlée à Matadi, Ndlr). « Entreprendre et travailler, c’est possible pour la femme mariée, car la loi l’autorise ! Entrepreneurs, respectez les droits des travailleurs et travailleuses que vous recrutez ! Dénonçons le harcèlement sexuel en milieu entrepreneurial ! Femmes, jeunes, pour sécuriser et garantir vos affaires, enregistrez votre entreprise à moindre coût et en peu de temps au Guichet unique ! Femme et jeune, vous pouvez sortir de l’informel en créant une entreprise individuelle !

Messages expliqués
Aux marchés Bezak, à Nzanza, Belvédère, Epom, Baobab, et Amicongo. Ces femmes et jeunes qui font partie des alliances communautaires pour l’entreprenariat des femmes(ACEF) s’appuient sur le code de la famille et d’autres textes en faveur de la femme. ‘’Pour que vous travailliez, vous commerciez, il n’est pas du tout exigé que l’homme vous en autorise. Le code de la famille a déjà résolu ce problème’’, criait au mégaphone Me Mollos Mozuato de l Afejuco. « Nous, nous voulons aussi porter à la connaissance du public de la ville de Matadi des conditions pré-requis pour avoir sa propre activité, c’est-à-dire quitter l’informel et formaliser son activité. Aussi, nous voulons porter au public les avantages dus au guichet unique qui nous pensons sera bientôt installé dans la ville . Nous avons constaté que les femmes, dans la majorité de cas, sont butées à cette formalisation « , explique aussi Me Bibiane Bakento, vice-présidente de l’Afejuco.

Ignorance
Le constat des sensibilisateurs est amer. « Les gens sont dans l’ignorance », regrette Marie Claire Ngizulu, coordinatrice d’une des structures regroupant des femmes entrepreneures ‘’Nous ne connaissons pas tout cela ‘’, lance une vendeuse. Comme elle, beaucoup d’autres femmes n’en savent rien. C’est tout l’importance de ce projet ‘’des activités de dissémination ‘’ que l’Afejuco a signé avec ONU femmes dans le cadre du Projet d’appui au développement des micros, petites et moyennes entreprises(PADMPME). L’objectif final est de lutter contre la pauvreté. « Je pense que l’État doit vraiment prendre le sujet à bras le corps pour faire en sorte que des lois qui sont réaménagées, des lois qui existent soient vulgarisées auprès de la population qui est le grand bénéficiaire », propose Christine Masengu du Cadre permanent de concertation de la femme congolaise (Cafco) Kongo central. C’est ce que Afejuco va faire pendant une année, à travers diverses activités. ‘’La formalisation de leur activité leur permettra de concourir (concours du plan d’affaire) parce que cela exige d’avoir des documents légaux et aussi pousser les dirigeants à davantage améliorer le climat des affaires en ce qui concerne entrepreneuriat féminin’’, soutient Me Cherine Luzaisu, présidente de l’Afejuco Kongo central.

One Response to "L’Afejuco dissémine les lois favorables aux entrepreneuses à Matadi"

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.