Travaux de réhabilitation de la route Kimpangu: le député  Roger Matondo satisfait mais…

Travaux de réhabilitation de la route Kimpangu: le député  Roger Matondo satisfait mais…

Satisfaction, la réaction de Roger Matondo, député national élu de Mbanza-Ngungu, au Kongo central, après la visite des travaux de réhabilitation de la route Kwilu-Ngongo-Kimpangu, au Kongo central qui mène à la frontière Congolo-angolaise. Mais il soulève d’importantes préoccupations.

En vacances parlementaires, le député national Roger Matondo se décide de visiter les travaux de réhabilitation de la route nationale n°12 Mbanza-Ngungu – Kimpangu. A 6 heures, il quitte la cité de Mbanza-Ngungu. Un deuxième véhicule est réquisitionné pour constituer le convoi : une petite Toyota  IST. Au volant de cette voiture Vicky, la peur au ventre. « Allons-nous arriver à Kimbetele avec l’état de cette route ? « , hésitait-il. Quand il décide d’y aller, il  franchit les 62 km en moins  de 2h après. « J’aillais rater de l’argent « , lance-t-il sourire aux lèvres. C’est juste la partie entre la bifurcation et la cité de kwilu -Ngongo qui m’a donné un peu de retard. ‘’

Inquiétudes

Ce tronçon vient d’être réhabilité par l’Office des routes grâce au financement du gouvernement. Il faut encore au moins 40 kms pour atteindre  la frontière de Kimpangu. « Le travail est bien fait, les véhicules peuvent circuler, les motos et grands véhicules. Je suis satisfait  », se réjouit Roger Matondo. Cependant, l’élu de Mbanza-Ngungu est inquiet. ‘’Les travaux doivent prendre fin avant la tombée des pluies en octobre prochain et ce qu’ils auraient dû faire, c’est un rechargement systématique. On apporte le matériau nécessaire et qu’en plus on procède par un compactage et à cela il faut ajouter la construction des ouvrages d’arts ‘’, estime-t-il. « Il faut qu’il y ait des saignées, des ouvrages d’arts, les ponts, dalots sinon, à la tombée de la pluie, tout ce qui a été fait va s’abîmer  », complète René, un ingénieur en construction. Mais cela est onéreux. ‘’La lutte doit continuer pour que les élus de Mbanza-Ngungu, ensemble nous puissions contacter les décideurs politiques, les ministres pour qu’on procède au rechargement et le compactage  », envisage-t-il. Déjà que le député Matondo est heureux des contacts pris par le député Pierre Nsumbu avec le gouverneur du Kongo central Guy Bandu.

Des élus unis

Les travaux qui s’y font est la résultante de l’unité des élus nationaux du territoire de Mbanza-Ngungu : Jacques Lunguana, Pierre Nsumbu, Pepe Mbuku et Roger Matondo.

Leur implication, il y a deux ans, a poussé le gouvernement via le Foner à financer les travaux de réhabilitation de l’axe routier Kwilu-Ngongo-Kimpangu.

De grand intérêt agricole, cette route était devenue impraticable, des accidents mortels étaient fréquemment enregistrés. ’’Finalement, nous sommes contents que la bataille que  nous avons menée commence à porter des fruits   », se réjouit Roger Matondo qui rassure « qu’ils continueront à se battre pour que les principaux axes routiers du territoire notamment Mbanza-Ngungu -Kivulu, Nkolo, Ntimansi, Lunzadi soient aussi réhabilités. Mais, aussi  les infrastructures dans le domaine de la santé, de l’éducation…  ».

Outre les problèmes soulevés, un autre peut saper le travail qui s’y fait: les trous que creusent les chauffeurs quand des véhicules tombent en panne. « J’en appelle à la conscience de tout le monde, surtout des usagers de la route, des camionneurs.

Les usagers ne  doivent pas creuser la chaussée! J’espère aussi qu’une barrière de pluie sera installée et respectée par tous les usagers de cette route ainsi réhabilitée sera installée et respectée par tous les usagers de cette route ainsi réhabilitée. Nous avons connu la plus grande peine pour arracher la réhabilitation de cette route. Elle doit être respectée et entretenue  », prescrit le député national Roger Matondo.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.