Le genre mis en évidence à la 10e édition du Forum accès au financement à Mbanza-Ngungu

Le genre mis en évidence à la 10e édition du Forum accès au financement à Mbanza-Ngungu

A la femme, maillon important de l’économie informelle, mais souvent mis au rebus, le FPM, pour l’inclusion financière l’a mise en évidence. Parmi les modules développés, Parlons genre lui a été consacrée, le 20 août au 10ème Forum accès au financement(FAAF), à Mbanza-Ngungu, au Kongo central.

Dans la salle de l’ISP Mbanza-Ngungu, plus de 120 personnes prennent part à la 10ème FAAF. A ce rendez-vous annuel qui met en contact direct les bénéficiaires indirects des appuis du FPM, pour l’inclusion financière et ses partenaires que sont les banques, les institutions des microfinances et coopératives d’épargne et des crédits, plusieurs entrepreneuses sont présentes. ‘’C’est pour qu’ils écoutent ce que nous vous communiquons, les questions que vous posez ’’, explique Jean Médard Monteba, directeur des opérations du FPM. Ce que cette structure communique, c’est aussi le Genre. ‘’Cela fait partie des obstacles qui empêchent une catégorie de personnes d’accéder au financement jusque parce qu’il y a un préjugé, une discrimination liée aux aspects genre ‘’, ajoute-t-il.

Fort moment d’échanges

C’est à juste titre que le thème de ce FAAF est :’’Les hommes et les femmes face à l’accès au financement ‘’. S’il y a deux orateurs, il y a aussi deux oratrices. Renate kisila est l’une d’elle. ‘’Il y a de moins en moins des femmes qui participent à l’économie parce qu’elles sont exclues du fait qu’elles sont femmes ‘’, relève-t-elle. Pourtant, ces femmes travaillent durement. Elle a invité la femme à continuer à être le pilier du développement et aux partenaires du FPM de lui faire confiance. Son exposé a été un fort moment d’échange. ‘’Il y a beaucoup de questions laissées en suspend. Il y a des femmes qui sont performantes mais nous devons aussi nous informer, nous former pour être compétitive ‘’, estime Aimé Massamba, avocate au barreau du Kongo central.

Intéressants modules

D’autres modules sont développés. Ruth Muabi sur la gestion financière, les négociations financière  l’épargne et le crédit pour la survie d’une entreprise. La stratégie de développement et la gestion du risque dans les Micros petites et moyennes entreprises, est abordé par André Nkusu. Il a développé les stratégies pour pérenniser l’activité en bravant la peur du risque, à les contourner  pour développer l’entreprise.  »Il faut avoir une vision, le niveau que vous voulez atteindre, vous fixez des objectifs précis et mesurables du point de vue qualitatif et quantitatif. Il faut ajouter le plan pour clarifier les choses. L’organisation est de mise, savoir mobiliser de l’argent et des ressources humaines, mettre en place un  mini système de gestion pour une petite comptabilité   », a-t-il conseillé. Les participants étaient heureux. « Je suis contente de l’initiative. J’ai apprécié la méthodologie de FPM de transmettre les connaissances. Même si tu n’as un niveau d’études, tu vas comprendre. Bravo FPM », applaudit Thatcher Yimbu, présidente del’Union des coopératives maraîchères et agricoles des Cataractes(Ucomacat) qui a hâte de faire la restitution à ses membres.

La coopec Camec est parmi les partenaires du FPM. Elle a participé à ce forum. « Nous allons nous y mettre pour sensibiliser les habitants  », promet Alphonse Basivikidi, président de la commission des crédits et vulgarisateur à la Camec Mbanza-Ngungu. Cette structure comptait environ 20 000 membres en 2020.

Lire aussi:www.infobascongo.net/beta/2021/09/18/le-fpm-sa-finance-la-camec-mbanza-ngungu-pour-accroitre-son-portefeuille-de-pret-aux-pme-du-kongo-central/

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.