Matadi: des agents de Socimex accusent un des leurs responsables libanais de la mort de leur collègue

Matadi: des agents de Socimex accusent un des leurs responsables libanais de la mort de leur collègue

À Socimex Matadi, les agents mécontents après la mort de leur collègue qu’ils attribuent à un des leurs responsables, le Libanais Hamed pour l’avoir sérieusement grondé, ont battu le pavé jeudi 22 septembre. Ils disent en avoir ras-le-bol d’être maltraités.

Dès 7 heures 30, des agents de Socimex dans l’émoi sont massés à l’entrée de leur bâtiment. La mort de leur collègue les a dépités. Pendant que les responsables de la Confédération démocratique du travail(CDT), de la CCSC,de l’agence nationale des renseignements et le directeur de Socimex échangeaient à ce propos,, les agents ont décidé de rencontrer les autorités politico-administratives.

« Un travailleurs de Socimex Matad est mort par traumatisme suite aux menaces d’un Libanais Libanais  » est un des messages qu’ils brandissaient.
La tension était vive en atteste leurs propos. L’un d’eux raconte: » Notre collègue, déclarant qui devait dédouaner huit conteneurs n’en avait dédouané que cinq. Il a expliqué à Hamed qu’il n’y pouvait rien car la connexion internet posait problème. Il ne l’a pas cru, il a sérieusement gueulé sur lui. Subitement, ils s’est effondré après avoir uriné et fait la selle dans ses vêtements. A l’hôpital, les médecins n’ont que constaté sa mort . » Il accuse leur chef de les traumatiser régulièrement verbalement. Il dénonce le fait qu’il a déjà giflé une de leurs collègues. Mais le directeur de Socimex a expliqué que le déclarant était déjà malade et que d’ailleurs, il était soumis à un traitement. D’autres personnes ont exigé des investigations pour élucider les causes de cette mort brusque.

Non à Hamed

Les agents eux n’entendent pas ça de cette oreille. Pour dire leur ras-le-bol, ils partent de Kinkanda OEBK, à pied, pour l’Assemblée provinciale où ils ont rencontré des élus du peuple. Ils ont poursuivi leur ronde à la direction générale des migrations puis au gouvernorat du Kongo central. Ces agents ont échangé avec José Ntendika, le directeur du cabinet adjoint du gouverneur qui les a plus tard rejoints au siège de la CDT.  » Nous ne voulons plus voir nos chefs de Matadi à la tête de la société  », ont-ils insisté. José Ntedika va leur transmettre le message du vice-gouverneur Grâce Bilolo:« Le monsieur à la base de cette situation doit quitter la province.  » Ils applaudissent et scandent sans cesse le nom du vice-gouverneur.
Les agents de Socimex quittent la CDT promettant de ne reprendre le travail que lorsque cette décision sera appliquée.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.