Privés de leur salaire d’attente et autres avantages, les retraités de la SCTP en colère

Privés de leur salaire d’attente et autres avantages, les retraités de la SCTP en colère

Incapable de payer le décompte final à ses retraités, la Société congolaise des transports et des ports(SCTP) leur octroi un salaire d’attente. Problème, ils ne la perçoivent plus depuis 51 mois pour certains et sont amputés de certains de leurs droits. La colère gronde.  

Depuis plus d’une semaine, des retraités de la SCPT se réunissent au siège de la Confédération démocratique du travail(CDT). C’est ici qu’ils peaufinent des stratégies pour réussir leur marche de protestation contre les nombreux arriérés de leur salaire d’attente. Elle aura pour point de chute le gouvernorat du Kongo central où ils comptent s’entretenir avec le gouverneur qu’ils appellent ’’notre petit-fils’’ et à qui ils ont adressé un mémorandum.’’ C’est lui le numéro 1 de notre province, la solution proviendra de lui ‘, croit dur comme fer Mikael Kandolo. ‘’J’ai 51 mois d’arriérés de salaire. Nous voulons faire entendre nos voix pour être payés ‘’, ajoute pour sa part Songo, retraités depuis 2017.

Le 19 septembre, ils voulaient descendre dans la rue, malheureusement, les taximen et taxis-motos ont entamé leur grève.

Les avantages aussi

Dans leur mémo, les retraités assis et en attente ‘’fustigent le système instauré par Masumbuko, l’ancien directeur général, ‘’de payer les salaires aux actifs tout en écartant tous les retraités  sans aucune raison valable ou un accord entre parti au préalable « . Ils expliquent que l’actuel directeur général qui avait bien commencé en leur payant tous, s’est arrêté en si bon chemin. Pire, ils ne sont pas dans le listing des frais scolaires dont les actifs bénéficieront bientôt.  ‘’Ils cherchent la mort des retraités et de leurs familles car leur agissement est contraire à ce qu’il faudrait ‘’, regrette…qui affirme que ses prédécesseurs payaient pour toutes les catégories d’agents.

Problème de trésorerie ?

Pour faire entendre leurs voix, ils s’appuient sur le soutien de la CDT. ‘’Ces agents se retrouvent devant des injustices parce que dans la programmation, il est dit que quand les actifs sont payés, automatiquement les passifs devraient aussi être payés. Malheureusement, cela n’est pas le cas. Les mandats antérieurs, ils ont eu tous les mêmes droits mais le mandat ici avec l’équipe de la direction générale, même la rentrée de classe, beaucoup de droits ne leur sont plus reconnus « , relève Gérard Pambu, le secrétaire provincial.

Une autorité de la SCTP évoque un sérieux problème de trésorerie. Elle signale que le problème de cette société est connu par le gouvernement national.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.