Le bâtonnier Alain Mavambu: « homme genré »

Le bâtonnier Alain Mavambu: « homme genré »

Après avoir dirigé pendant deux mandats successifs le barreau du Kongo central, le bâtonnier Alain Mavambu a choisi pour dauphine : Me Cherine Luzaisu brisant ainsi les préjugés. Objectif : innover dans un barreau à majorité hommes qui n’a jamais été dirigé par une femme. La mayonnaise a pris : La dauphine est élue.

Dans une province où les clichés persistent sur la femme, les avocats ont démontré qu’ils sont très élevés mentalement. Ils ont élu Cherine Luzaisu. « Nous sommes la première démocratie du monde. Avant que les autres pays puissent instituer l’institution élection, les barreaux élisaient déjà leurs bâtonniers. Nous connaissons ce que l’on appelle élection, nous maîtrisons cette arcane. », explique le bâtonnier Alain Mavambu.

Pourtant, plusieurs candidats bâtonniers hommes se décarcassaient pour bénéficier de son mentorat. ‘’Mission accompli après huit ans de dur labeur. Je peux dire aujourd’hui, j’ai fait ma part, j’ai accompli ma mission et surtout qu’il fallait innover. Depuis que notre province a été instituée, nous avons connu une première femme à l’époque des nominations des gouverneurs, il n’y a jamais eu élections des femmes à la tête des institutions. Il fallait quand même que mon barreau innove, c’est ce qui a été fait. Les hommes ont suffisamment gérés, il fallait essayer avec le courant féministe. Notre constitution qui a prôné la parité, il fallait quand même cette fois-ci que l’on change  », explique le bâtonnier Alain Mavambu.

Lie aussi: http://Une femme: Me Cherine Luzaïsu à la tête du barreau du Kongo central

Innovation

Innover oui, mais il fallait trouver la perle rare.  « Me Cherine a été le bâtonnier choisi parmi les anciens membres du Conseil de l’ordre. Elle a été plusieurs fois membre du conseil de l’ordre. C’était ma trésorière, ma secrétaire de l’ordre, elle remplit toutes les conditions. Elle a maîtrisé les arcanes de l’ordre », témoigne-t-il. Le nouveau bâtonnier remporte avec 655 voix pendant que les deux autres candidats ont respectivement 362 voix et 82 voix. Elle, la deuxième femme à devenir bâtonnier en RDC après Rose Ntumba du barreau du Katanga, arrivée fin mandat.

‘’Nous ne pouvons que être reconnaissante à l’endroit du bâtonnier Mavambu parce que comme ont dit, que c’est un bâtisseur. Il nous a dotés de nombreuses bâtisses. Je pense qu’il a eu aussi à faire un travail de fond. Il y a plus d’avocats hommes que des femmes. Si aujourd’hui, beaucoup ont fait confiance à Me Cherine, c’est parce qu’ils ont aussi été préparés par le bâtonnier Mavambu dans le sens d’un bon père de famille, d’un bâtonnier qui était dans l’unité, dans la diversité ‘’, vante Me Saolie Diakiese. Bien que les électeurs aient été les avocats, plusieurs personnes et structures ont soutenu l’élection de Me Cherine. L’Espace femme, la plate forme qui réunie les différentes associations des femmes projette organiser un culte de dédicace à l’Eternel. ‘’C’est à lui d’abord que revient ce mérite. Grand merci à Me Mavambu, le bâtonnier honoraire parce vous avez soutenu la femme. Vous êtes vraiment un homme genré. L’Espace femme vous jette des fleurs, nous vous disons merci pour tout ce que vous avez fait‘’, lance reconnaissante Annie Mbadu, la présidente.

Barreau mature

Ses confrères attendent énormément d’elle. ‘’Je pense que Me Cherine va s’aligner dans ce sens de continuer toujours à unir tout le monde autour du barreau et le barreau en ressortira gagnant ‘’, estime Me Saolie Diakiese visiblement émotionnée. « Quelle respecte son programme, c’est un programme fouillée, riche. Si elle le respecte, nous serons très contents. Elle va travailler pour l’intérêt du barreau », souhaite Me Alain Phanzu.

Vingt-deux ans comme avocat au barreau du Kongo central, avocat à la Cour pénale internationale, le nouveau bâtonnier s’est longtemps préparé pour assumer cette fonction. ‘’Au-delà de tout, c’était aussi le combat de la femme. Le barreau du Kongo central a démontré sa maturité pour ne faire ressortir que les compétences et la capacité .Mon barreau a cru en moi, mon barreau a accepté mon programme, c’est une lourde responsabilité que j’entends mener avec toute la sagesse et tout le respect possible. Il y a beaucoup de problèmes, des défis à relever sur le plan de la sécurité sociale, professionnelle, la formation, la discipline. Etant donné que les avocats du barreau du Kongo central ne m’ont pas seulement élue, ils ont aussi élu mon programme, c’est ensemble que nous allons mettre ce programme en mouvement pour que rayonne le barreau du Kongo central ‘’, s’humilie Me Cherine Luzaisu.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.