Deuxième phase de la campagne de vaccination contre la Covid-19, à Matadi

Deuxième phase de la campagne de vaccination contre la Covid-19, à Matadi

C’est parti pour la deuxième phase de la campagne de vaccination contre la Covid-19. Le gouverneur du Kongo central, Guy Bandu en donne le signal, lundi 17 octobre, au terrain Damar, à Matadi

« Je me fais vacciner pour prévenir le coronavirus, mais également pour ne pas être inquiétée lorsque je veux voyager à l’étranger. C’est comme mon deuxième passeport », soutient Rebecca Ndambi qui se fait vacciner pour la première fois. Le personnel soignant lui administre le vaccin Moderna. Comme elle, Ruphin Kisilu reçoit sa troisième dose, cette-fois, la dose unique de Moderna. « Depuis que je me fais vacciner, je n’ai plus peur de l’épidémie de la Covid », lance-t-il confiant.

Pour la présente phase trois type de vaccin sont disponibles à savoir : Moderna, Johnson et Johnson ainsi que sinovac. Débutée lundi, cette phase se déroulera jusqu’au dimanche 23 octobre 2022. « La date de ce jour marque un tournant décisif dans la lutte sans merci contre la propagation de la Covid-19, et la vaccination se veut la réponse sanitaire adéquate. C’est pour ce motif juste que le gouvernement provincial prend l’engagement d’accompagner ce processus sur toute l’étendue de la province en privilégiant les populations les plus à risque, d’une part et d’autre part, en recherchant les personnes non vaccinées afin d’étendre notre couverture vaccinale vers une immunité collective beaucoup plus efficace », souhaite Guy Bandu.

Atteindre environs deux millions de personnes

Après la non atteinte des objectifs fixés lors de la première phase laquelle reste avec un taux de 1% des personnes vaccinées, en avril dernier, le gouvernement provincial veut dans cette deuxième phase atteindre beaucoup plus de personnes. « Le nombre de personnes attendues pour être vaccinées pour ce passage est de deux millions trente-six mille cent trente et un », annonce, le commissaire général à la santé, Gabin Manzonzika. Outre, les personnes à l’âge requis de se faire vacciner, le commissaire général à la santé veut voir les enfants de 12 à 17 ans se faire vacciner sur base du consentement de leurs parents. « C’est à ce prix seulement que nous pourrons gagner cette lutte contre l’une des pandémies les plus meurtrières de notre époque », estime-t-il.

Le but de cette campagne est de renforcer l’immunité collective de la population ; de la protéger contre les formes graves de cette pandémie. Pour y parvenir, ce deuxième passage prend en compte les 31 zones de santé de la province, sur 437 sites, avec un effectif engagé de 2 622 personnes qui vont user de la stratégie fixe ainsi que celle mobile.

Pesanteur

Dans cette lutte, le gouvernement provincial peut compter sur l’appui de différents partenaires, entre autres Unicef, OMS… Avec l’appui de la Banque mondiale, ils ont pu débloquer 1 million trois cent mille dollars pour la réalisation de trois phases d’ici la fin de l’année. Ils attendent la vaccination d’au moins 200 000 personnes cibles par phases. Le chef de sous-bureau de l’OMS Kongo central, Dr. Luc Kishabongo qui l’annonce rappelle au gouverneur Guy Bandu les hics qu’a connus la première phase, notamment « le retard de paiement de certains prestataires. » Nous saluons donc la synergie des partenaires sous l’égide du gouvernement pour régler ce litige qui pourrait exercer une pesanteur aux prochaines activités de masse dans la province », prévient-il.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.