Kongo central : des entraîneurs en formation pour l’obtention de la licence C fédérale

Kongo central : des entraîneurs en formation pour l’obtention de la licence C fédérale

Vingt entraîneurs du Kongo central, détenteurs de la licence D fédérale, suivent la formation pour obtenir la licence C fédérale, à Matadi. Vendredi 18 novembre, ils se sont retrouvés au terrain Damar pour une séance d’évaluation pratique.

« La vision de la fédération, c’est qu’on puisse confier tout enfant sinon tout talent qui pratique le football entre les mains des cadres qualifiés parce que le joueur né avec du talent. Il doit acquérir les connaissances. Et, ce sont des cadres formés qui doivent le faire. C’est ainsi que cela permettra, donc, à ce moment-là, de relever le niveau des joueurs ainsi des équipes, donc du football de la province », soutient Medar Lusadisu directeur technique national (DTN). Pour lui, « les méritant auront la licence ».

Plusieurs matières dispensées

Medar Lusadisu, directeur technique national (DTN) revient sur les différentes matières transmises aux entraîneurs en pleine évaluation. « D’abord sur le plan de la pédagogie, ils ont appris les méthodes d’enseignement de football et les procédés pédagogiques. Comment est-ce qu’un entraîneur doit procéder pour transmettre sa matière,comment construire et animer une séance d’entraînement, et les aspects physiologiques,quand est-ce qu’un entraînement se déroule à un rythme lent, modelé ou très élevé. Ils ont aussi traité des lois du jeu parce que c’est très important qu’un entraîneur connaisse les lois du jeu afin d’instruire les joueurs pour qu’il n’y ait pas de disputes inutiles et qu’on mette en application ces lois pour faciliter la tâche de l’arbitre », résume-t-il.

Évaluation

En formation depuis le jeudi 10 novembre dernier, les entraîneurs en quête de la licence C fédérale sont en phase d’évaluation pratique. Ils ont chacun développé un thème. Nono Nkutshi a mis un point d’honneur sur le centre. « J’ai beaucoup misé sur la technique en multipliant de passes, dribles pour chercher à décaler, se positionner pour faire le centre. Je viens de faire mon test  », explique – t-il . D’après le DTN,  » c’était quand même moyen. J’étais très content de l’entendre », se rejouit-il.

Les apprenants sont tous enthousiastes, à l’instar de Ngumbi Sangoku.  » Auparavant nous dirigions les entraînements mais non qualifiés. Maintenant, nous savons comment planifier un entraînement », reconnaît-il. Il a, lui aussi, mis un accent particulier sur le renvoi.

Manque d’infrastructures

Ces entraîneurs accordent un intérêt particulier à cette formation, certains d’entre eux relèvent des problèmes d’infrastructures. « Nous ne pouvons pas continuer à apprendre le football moderne et le pratiquer dans un terrain sablonneux. Nous demandons avec beaucoup de politesse sous l’autorité de son excellence Monsieur le gouverneur de la province Guy Bandu, de songer à notre stade », plaide Jannick Nyalisa Ndinga. Pendant ce temps, ils décrient le non accompagnement de l’exécutif provincial. « Nous voulons voir les autorités passer même pour une motivation. Mais on est abandonné. Si nous encadreurs, entraîneurs, sommes abandonnés, et la jeunesse ? On ne demande pas d’argent mais un soutien moral. Il faut que les autorités soient tout près des sportifs. L’encadrement de la jeunesse diminue aussi les brigands, Kulunas, etc »estime Mukuba Balondo.

Cette formation prend fin dimanche 20 novembre avec l’évaluation écrite. Déjà elle est applaudie. « C’est ce genre de formation qui va rehausser notre football au Kongo central », encourage Imonda Pagal, manager des joueurs. En décembre dernier, 42 entraîneurs ont suivi la formation de la licence D fédérale. Cette fois-ci, 20 seulement se sont inscrits. « C’est un regret pour une province qui est en quête des cadres », conclut Medar Lusadisu.

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.