Marie-Josée Niongo s’en va et demande aux fonctionnaires de la mairie de Boma de respecter son successeur

Marie-Josée Niongo s’en va et demande aux fonctionnaires de la mairie de Boma de respecter son successeur

Au lendemain de la nomination de son successeur à la mairie de Boma, Marie-Josée Niongo réunit les fonctionnaires de cette entité qui l’ont accompagnée 14 ans durant pour leur dire au revoir et surtout de leur demander d’accompagner le nouveau maire et son adjointe.

Dans la salle des réunions de la mairie de Boma, la tristesse se lit sur certains visages. On y voit qui tressaillissent.  Et ces visages qui s’efforcent de ne pas faire couler des larmes ! Marie-Josée Niongo, elle a gardé l’ardeur qu’on lui reconnaît. ‘’Les hommes passent, les institutions restent ‘’?lâche cette dame aguerrie. Elle a bien trouvé l’adage pour les ragaillardir.  Douze ans à la tête de Boma, la deuxième ville du Kongo central, il fallait le faire.

Depuis le 26 novembre, l’ordonnance du président de la République la remplace par Senghor Mbutiyibi. Il sera secondé par Claudelle Phemba.

‘’Vous allez accueillir les nouvelles autorités, ayez envers elles de la considération, respectez-les et obtempérez à leurs ordres.  Vous l’avez fait à mon égard, je vous prie de le faire plus et mieux à ceux qui me remplacent ’’, les exhorte-t-elle. Tonnerre d’applaudissements.

Bilan positif

Dans un contexte où les territoriaux sont mal lotis, elle compte dans son actif des réalisations. Marie-Josée les égrène.

Ponts, passerelles, routes en terre, adduction d’eau potable avec la construction des bornes fontaine  dans les zones reculées de la ville, actions dans le domaine de la santé, sport, éducation… Elle ajoute :‘’Sous notre leadership,  Boma a bénéficié des routes bétonnées avec les gouverneurs Mbadu et Justin Luemba parce qu’avec le budget propre de la mairie il est impossible de les réaliser. La ville de Boma connait une situation économique chaotique. Nous avons mené un plaidoyer auprès du chef de l’exécutif provincial actuel, Dr. Guy Bandu. Avec le concours de la société civile, la grande administration du port, la notabilité, le mouvement citoyen Boma telema, l’UKV et l’ISP, bref avec le soutien des bomatraciens, Nous avons réussi jusqu’à pousser le gouverneur à organiser un atelier provincial à l’issue duquel des nombreuses recommandations ont été formulées en vue de sortir la ville de cette crise’’.

Soutenir le gouverneur

Fort de cela, elle demande à ses anciens collaborateurs ‘’de rester attacher au gouverneur, Dr Guy Bandu ‘’. ‘’Il est un homme au cœur de l’ouvrage. Un arrêté sera signé pour qu’au début du mois de janvier 2023, sauf imprévu, que le déchargement des véhicules soit fait au niveau du port de Boma. Cette mesure permettra à la ville de générer 15%  des recettes et cela va booster tant soit peu son économie’’. La salle exulte.  ‘’Grâce à votre savoir-être et votre savoir-faire, nous avons beaucoup appris et nous avons enrichi  nos compétences. Certes il y a eu le haut et le bas, mais soyez-en rassuré que votre bilan sur la plan administratif est positif madame’’, témoigne Henri Khondi-di-Masiala, le chef de la division unique.

Elle acquiesce un petit sourire hochant la tête et conseille: » soyez solidaires, vivez la fraternité. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*

Ce site est protégé par reCAPTCHA et la Politique de confidentialité, ainsi que les Conditions de service Google s’appliquent.